Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
50 défis

Redéfinir le travail pour vaincre l'épuisement professionnel

[Défi 23] Au Canada, l’épuisement professionnel est à l’origine de près de la moitié des prestations d’invalidité.

02/10/2012
Jacques Forest
Professeur au département d’organisations et ressources humaines de l’ESG-UQÀM

Nathalie Houlfort
Professeure de psychologie à l’UQÀM


                                                                                                                                                                              © Fréfon
Priorité: le bonheur au travail

Après le dodo – et parfois même avant –, c’est le boulot qui occupe la plus grande place dans nos vies. Comment s’y épanouir?
Par Martine Turenne
Lorsque des gens lui confient qu’ils ne rentrent au bureau que pour toucher leur chèque de paye deux fois par mois, en attendant leur retraite, Jacques Forest imagine… une plante. Une plante qui passerait 40 heures par semaine dans un placard. «Elle manquerait de nutriments», dit le professeur au département d’organisations et ressources humaines de l’ESG-UQÀM.

Jacques Forest
Jacques Forest
Des travailleurs démotivés, éteints, Nathalie Houlfort en a aussi rencontrés beaucoup lors de ses enquêtes dans des entreprises, des écoles, des manufactures. Mais la professeure de psychologie à l’UQÀM a aussi vu l’inverse: des employés épanouis et passionnés.
Comment être heureux au travail? C’est la question qui occupe ces deux chercheurs depuis une décennie.

Ça n’a l’air de rien comme ça, mais se soucier de bonheur est une petite révolution en psycho­logie industrielle. Il y a encore 10 ans, les psychologues ne s’intéressaient qu’au mal-être: stress, dépression, démotivation. En décodant les mécanismes, ils espéraient augmenter le bien-être. «Mais ça n’a pas été le cas», dit M. Forest. On ne comprend pas le bonheur en sondant le malheur. C’est là que la psychologie positive est entrée en scène. «Cette discipline a permis de raconter l’autre moitié de l’histoire: l’épanouissement, la satisfaction», dit-il.

Or, les raisons du bonheur ne sont pas une image en miroir des raisons du malheur. Mineur ou avocat, couturière ou médecin, vendeur ou journaliste, l’humain a trois besoins à assouvir pour être heureux dans sa vie professionnelle. C’est du moins ce que prônent les deux chercheurs de l’université de Rochester, Edward L. Deci et Richard Ryan dont s’inspirent Jacques Forest et Nathalie Houlfort. C’est la théorie de l’auto-détermination. «Ce que j’aime de cette théorie, c’est qu’elle est universelle», affirme Jacques Forest.

Premier besoin: l’autonomie; le fait de se sentir libre, en conformité avec ses valeurs. Facile à dire, mais comment se sentir libre quand on est cantonné dans un travail répétitif et fastidieux? «Si ce n’est pas la tâche comme telle. On peut trouver de la satisfaction dans le choix de choses aussi banales que le moment des pauses», insiste Nathalie Houlfort qui a elle-même exercé de multiples métiers harassants, dont certains en usine.

Nathalie Houlfort
Nathalie Houlfort
Deuxième besoin: se sentir efficace et reconnu. «Souvent, notre tâche s’inscrit dans un grand ensemble, mais nous ne mesurons pas l’importance, le sens de notre travail, poursuit Mme Houlfort. L’employeur a une responsabilité là-dedans.» Enfin il y a le besoin d’affiliation sociale, d’appartenance à un groupe.


Et si ces trois besoins fondamentaux n’y sont pas, la paye n’y changera rien. «Le sentiment de justice, par contre, est une prémisse obligée à la satisfaction de ces besoins, dit Jacques Forest. L’employé doit sentir qu’il est justement rémunéré.»

La compétitivité, la précarité, la dureté qui ont cours sur le marché du travail peuvent-elles être compatibles avec le bonheur? Disons que les employeurs savent qu’il faut améliorer les choses. Ils n’ont pas le choix. «Les burn-out et les dédommagements pour lésions psychologiques ne cessent d’augmenter», dit Jacques Forest. Les compagnies d’assurances sont aux abois. Et si les organisations y voient un avantage financier, le bonheur de leurs travailleurs deviendra peut-être une priorité.


Untitled Document

Découvrez les 50 defis