Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Édito

Ode aux « patenteux » du XXIe siècle

Par Marie Lambert-Chan - 06/10/2017
-

On se plaît à répéter que les Québécois sont un peuple d’inventeurs et de «patenteux». Immanquablement, on cite des exemples du passé : Joseph-Armand Bombardier et sa motoneige; Arthur Sicard et sa déneigeuse; Jean Saint-Germain et son biberon anticolique; Cyrille Duquet et son combiné téléphonique; Jean-Paul Roy et sa poutine (ou est-ce Fernand Lachance ?)… Mais qui sont les inventeurs québécois d’aujourd’hui ? Que sont-ils en train d’échafauder dans leur sous-sol ou leur garage ?

C’est avec ces questions en tête que les membres de l’équipe de Québec Science, en collaboration avec l’Association pour le développement de la recherche et de l’innovation du Québec (ADRIQ), ont lancé un concours destiné aux inventeurs indépendants et aux jeunes pousses de la province. Inspirés par des compétitions comme les Annual Invention Awards du magazine Popular Science et le Concours Lépine, institution centenaire en France, nous souhaitions sortir de l’ombre des inventions made in Québec se distinguant par leur originalité et leur potentiel commercial.

Après quelques mois à recueillir et à analyser les candidatures, nous sommes fiers de dévoiler nos récipiendaires. Ils forment un groupe hétéroclite : des jeunes, des professionnels, un retraité, plusieurs ingénieurs, des électriciens, des autodidactes, des spécialistes des télécommunications; beaucoup d’hommes, une seule femme. (Les candidatures féminines se sont faites rares pour cette première édition. Nous espérons en obtenir davantage, l’année prochaine. Inventrices, passez le mot !)

Au-delà de leur profil, ils ont beaucoup en commun. À l’aide de leur invention, ils veulent tous changer le monde à leur façon. Mais n’allez pas croire qu’ils sont des «pelleteurs de nuages» : les pieds ancrés dans la réalité, ils consacrent tout leur temps libre à peaufiner leur prototype, à convaincre des investisseurs, à s’échiner sur des demandes de brevet. Ils cumulent parfois les refus, mais refusent de baisser les bras tant ils ont foi en leur création. À tel point que certains y ont englouti les fruits de leur épargne. Ce qui ne les empêche pas de vivre des moments de doute. Sont-ils vraiment les premiers à avoir eu cette idée ? Existe-t-il quelque part un individu qui a développé un prototype similaire, seulement pour constater que c’était une voie sans issue ?

Décidément, la vie d’inventeur est loin de l’image d’Épinal offerte par le professeur Tournesol et le comte de Champignac !

Voilà pourquoi la ténacité et le courage de nos 10 inventeurs forcent l’admiration. Et c’est peut-être ce qui leur permettra, un jour, de voir leur nom apparaître à la suite des célèbres Bombardier, Sicard et Saint-Germain du Québec.

***

La vaccination est un sujet qui divise et suscite la méfiance. Pour certains, l’immunisation n’est plus une question de santé publique; elle relève carrément du domaine de la croyance. Pourtant, les vaccins ont fait leurs preuves. Grâce à eux, la variole a été éradiquée. Il en sera bientôt de même pour la polio. Selon une étude de l’Organisation mondiale de la santé, entre 2001 et 2020, l’immunisation contre 10 maladies (rougeole, rotavirus, méningite, hépatite B, etc.) aura évité 20 millions de décès dans 73 pays à revenu faible et intermédiaire. Cela étant dit, certains vaccins méritent d’être améliorés et c’est le cas de celui contre la grippe. Dans notre numéro d'octobre-novembre 2017, notre reporter Marine Corniou dissèque avec rigueur et précision les faiblesses de cette injection annuelle. Entendons-nous bien : il ne s’agit pas d’un exercice de « vaccinoscepticisme ». Notre magazine adhère au consensus scientifique sur la sécurité des vaccins. Mais notre mission est d’informer et nous estimons que la transparence ainsi que l’esprit critique demeurent les meilleurs outils pour lutter contre les mythes entretenus à l’endroit des vaccins.

 

Afficher tous les textes de cette section