Publicité
Environnement

Lac Mégantic: la nature de la pollution toujours mal connue

02-07-2014

Les polluants relâchés dans l’air, l’eau et le sol lors du drame de Lac-Mégantic, il y a un an, sont loin d’être tous identifiés et mesurés. C’est ce qu’a déploré Rosa Galvez-Cloutier, professeure de génie civil à l’Université Laval, lors d’un webinaire organisé le 2 juillet par le Centre canadien science et médias.

Comme nous le mentionnions dans notre numéro d’octobre 2013, le pétrole transporté par le train accidenté, provenant des schistes de Bakken, dans le Dakota du Nord, est un pétrole brut léger très volatile. Il contient en outre de très nombreuses substances utilisées par les compagnies pétrolières dans le liquide de fracturation et comme additifs: stabilisateurs de pH, solvants, diluants, antibactériens, produits densifiants… Au total, plus de 650 produits chimiques sont employés par les pétrolières.

« Mais ils sont brevetés et tenus secrets, a expliqué Rosa Galvez. Les analyses conduites par chromatographie sur les échantillons d’eau prélevés sur le site de Lac Mégantic révèlent la présence de nombreux « pics » correspondant à des substances qui ne sont pas du pétrole. Ce sont des produits inconnus, dont on ignore l’impact sur l’environnement ».

La chercheuse s’est également dite inquiète de la présence possible de dioxines et de dioxyde de furane, issus de la combustion à haute température incomplète du pétrole. « Il faudrait surveiller leur présence dans les produits agricoles alentour », a-t-elle précisé.

Enfin, la dégradation des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), dont certains sont cancérigènes et mutagènes, peut donner naissance à certains composés encore plus toxiques, persistant dans l’environnement. Autant de motifs d’inquiétude.

Photo: Michel Huneault

Publicité

À lire aussi

Environnement

Les couleurs variées des eaux usées montréalaises

Une œuvre d’art activée par les eaux usées de Montréal est présentée à la Galerie de l’UQAM. L’éventail de couleurs risque de vous surprendre.
Martine Letarte 16-05-2017
Environnement

Anticosti, l’erreur écologique

L'île est loin d'être un paradis écologique. Elle est plutôt le lieu d'une expérimentation ratée. Il est temps de redresser la situation.
Jean-Pierre Rogel 04-08-2014
Environnement

Requiem pour la gibelotte?

La perchaude, poisson fétiche du lac Saint-Pierre, est de plus en plus rare. Subira-t-elle le même sort que la morue?
Joël Leblanc 17-02-2014