Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Environnement

Un nouveau sarcophage pour Tchernobyl

Par Marine Corniou - 29/11/2016
-
Trente ans après le drame, la centrale nucléaire de Tchernobyl est enfin coiffée d'un "sarcophage", ou cloche de confinement qui doit assurer la sécurité du site pour les cent ans à venir, selon Le Monde (photo ci-dessus prise en 2015).

Il faut dire que l'enceinte est résistante. Elle a été conçue pour résister à des températures comprises entre -43°C et +45°C, ainsi qu’à une tornade de classe 3 et à un séisme d’une intensité de 6 sur l’échelle de Mercalli, selon l'entreprise Bouygues qui a réalisé les travaux avec BTP Vinci.

"Composée de deux structures métalliques, pour un poids total de 25 000 tonnes, cette arche de confinement est longue de 162 mètres,  haute de 108 mètres (hauteur équivalente à un immeuble de 30 étages), et elle affiche une portée de 257 mètres : elle pourrait recouvrir la Statue de la Liberté", souligne le constructeur.

Elle a été bâtie sur le premier sarcophage, construit juste après l’explosion du réacteur 4, le 26 avril 1986, et qui montrait depuis une quinzaine d'années des signes de faiblesse.

Au total, cette arche a coûté 1,426 milliard d’euros (2 milliards de dollars canadiens) aux pays donateurs.

Sept ans de travaux auront été nécessaires. Des mesures de surveillance du site (radioactivité et contamination atmosphérique) ont été assurées en permanence. Des dosimètres étaient portés par les employés. La dose reçue par les quelque 3000 travailleurs a été limitée à 14 millisieverts par an (mSV) et par personne (soit un niveau inférieur à la limite réglementaire autorisée par Santé Canada fixée à 20 mSv/an/personne). Selon les constructeurs, l’exposition moyenne était estimée à 2,6 mSv/an/personne à la fin 2015.



Afficher tous les textes de cette section