Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Environnement

À quand un vrai Plan Nord?

Raymond Lemieux - 03/04/2013

Il fallait montrer patte blanche pour franchir les portes du Salon des ressources naturelles qui se tenait au Palais des congrès de Montréal, début février. Fouille, vérification d’identité, refouille... Les organisateurs ont tout fait pour empêcher l’accès aux trouble-fêtes. Mais la patience des visiteurs est récompensée. À l’entrée, on lit un panneau avec l’inscription «Index des postes à pourvoir».

Y sont énumérées de nombreuses offres pour des géologues, des chauffeurs, des arpenteurs, des mécaniciens et des superviseurs. Les salaires proposés sont très élevés.

Au kiosque d’ArcelorMittal, qui exploite une mine près de Fermont, d’immenses photos ont tout pour impressionner. Les plus gros camions du monde, une gigantesque mine à ciel ouvert, des paysages à couper le souffle. «On est sur une autre planète», dit le présentateur. Indiscutablement! Dix-huit millions de tonnes de fer sont extraites de ces lieux faustiens, chaque année. Une moitié est transformée en boulettes; l’autre, broyée et expédiée vers les marchés étrangers.

On avance dans le futur en suivant les rangées de kiosques. Depuis des entreprises minières jusqu’aux vendeurs d’«huile à chaîne» ou de récepteurs satellites, en passant par l’Office québécois de la langue française, tous veulent s’associer à la conquête du Nord. En coulisses toutefois, on n’ose plus trop parler du Plan Nord, ce projet mis de l’avant il y a deux ans par le gouvernement du Québec.

«Le problème, c’est que le contexte mondial est bien volatil pour que l’on puisse y voir clair», note Guy Simard, directeur technique pour l’organisme Innovation et développement Manicouagan. «Cela peut avoir une influence sur le développement nordique futur.» À Baie-Comeau, Sept-Îles, Radisson, Was­ka­ga­nish, Chibougamau ou Kuujjuaq, la mondialisation n’est pas une vue de l’esprit. «C’est toujours très risqué, l’économie des ressources naturelles», continue Guy Simard.

Lire la suite dans le numéro d'avril-mai 2013.
Illustration: Frefon

Afficher tous les textes de cette section