Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Autodéfense intellectuelle

Jésus sur une crêpe

Par Normand Baillargeon - 16/02/2017
Notre capacité à discerner des visages et des formes dans des objets est amusante... jusqu’à ce qu’elle alimente des croyances et des complots de toutes sortes.

«Paréidolie ». Il se pourrait que ce mot vous soit inconnu; mais ce qu’il désigne vous est certainement familier.

Imaginez-vous, enfant, étendu dans l’herbe avec des amis, par une belle journée. Vous regardez les nuages; le ciel en est plein. Et soudain, l’un de vous lance : « Ici ! La carte du Québec ! » Puis, un autre : « Ici ! Le père Noël ! » Et un troisième : « Là ! Regardez bien : un lapin ! »

C’est la paréidolie qui rend possible ce jeu, c’est-à-dire notre capacité à discerner des formes dans un ensemble de stimulus visuels, ce qui s’avère très utile pour mille raisons, par exemple pour reconnaître l’animal menaçant qui s’avance.
Une branche relativement ancienne de la psychologie, le gestaltisme, ou psychologie de la forme, s’est consacrée à étudier et à décrire comment la perception visuelle organise et met en forme les stimulus.


Le gestaltisme nous a appris, par exemple, qu’on tend à percevoir une image comme une forme sur un fond, et qu’il arrive que fond et forme soient instables, ce qui explique qu’on perçoive telle image comme représentant tantôt deux visages se regardant de profil, tantôt comme un vase.

L’étude des illusions d’optique a d’ailleurs été, pour le gestaltisme, un terrain de recherche privilégié (et fort amusant). Dès la Renaissance, les artistes ont pressenti certaines de ces découvertes et les ont utilisées dans leurs œuvres.

C’est ainsi que des fruits et des légumes, savamment disposés par Giuseppe Arcimboldo (circa 1526-1593) nous donnent à voir un visage. Et c’est encore ainsi que Salvador Dalí fait apparaître l’antiesclavagiste Voltaire dans un regroupement de personnages circulant dans Marché d’esclaves avec apparition du buste invisible de Voltaire .

Si l’utilité de cette capacité à reconnaître des formes est indéniable, et source de plaisir, elle a aussi son revers. D’aucuns peuvent confondre ces illusions avec un objet réel; ou encore, être tentés d’y voir un acte intentionnel.

Devant des nuages aux allures de lapin, personne n’est dupe. Après tout, le lapin disparaît bien vite avec le mouvement des nuages et personne ne suggérera qu’une quelconque entité l’avait placé là, pas même pour amuser un moment les enfants.
Mais il arrive que ces perceptions soient tenues pour vraies par certaines personnes qui les attribuent à diverses entités, comme un monstre marin ou une civilisation avancée. Ces attributions deviennent alors source de croyances étranges et parfois même terrifiantes.

De la paréidolie à… n’importe quoi

Nous sommes particulièrement doués pour reconnaître des visages et nombreux sont ceux qui ont cru en distinguer clairement sur des clichés pris sur Mars. Ceux-ci furent bien vite interprétés comme présentant de gigantesques monuments, apportant la preuve de l’existence de civilisation martienne.

En 2004, la Vierge Marie est apparue sur un sandwich au fromage grillé, lequel a semble-t-il été finalement vendu 28 000 $ sur eBay. On peut imaginer que l’acheteur – et les nombreux parieurs qui l’ont précédé aux enchères – croyait deviner, dans le hasard des formes, une intention divine.

Je ne dirai rien ici de cette image de Jésus révélée sur une crêpe… Ni de ce beignet dit « Mère Teresa », tant il ressemble à la sainte… Ni même de ce démon qui se dessine dans les cheveux de la reine Elizabeth II sur des billets de banque canadiens (8), bien connus des numismates. Je me contenterai de remarquer combien est fréquente l’iconographie religieuse dans les cas de paréidolies. Ce qui, au fond, ne surprend guère.

Dans un livre intitulé Subliminal Seduction, paru en 1972, et qui a connu un grand succès, l’auteur Wilson Bryan Key soutenait qu’il est facile de repérer dans des publicités des images cachées, placées là pour nous influencer de façon subliminale. Un exemple ? Le mot SEX clairement écrit (si on est indulgent) dans les glaçons d’une publicité pour une marque de gin. On constate, à regret, que ce livre est préfacé par Marshall McLuhan (grand spécialiste de la communication, connu pour sa phrase « Le médium, c’est le message »)…

Des équivalents auditifs

Notre capacité à percevoir, isoler et reproduire des sons nous est nécessaire pour apprendre une langue. Mais elle peut, elle aussi, nous berner.

Jouées à l’envers sur nos vieux 33 tours, des pièces musicales donnent à entendre, en prêtant bien l’oreille (et en faisant preuve d’un peu de complaisance), ce qui ressemble fort à des bouts de phrase. De là à conclure qu’on les y a insérés volontairement, il n’y a parfois qu’un tout petit pas, allègrement franchi.

Ainsi, certains sont persuadés d’entendre dans une chanson des Beatles jouée à l’envers, John Lennon déclarer : « Paul is dead, Man. Miss him, miss him, miss him. »
Ajoutons ces supposés messages sataniques audibles sur des morceaux de Led Zeppelin diffusés à rebours. Satan est dans Stairway to Heaven ! Mais en fait, vous n’entendrez pas grand-chose de tout ce qu’on y dit du diable, à part peut-être son nom, tant qu’on ne vous l’aura pas fait remarquer. Après quoi, toutefois, vous ne pourrez plus manquer des phrases entières. Et cela nous dit quelque chose d’important sur la propagation de ces légendes urbaines.

C’est parfois moins drôle, si j’ose dire.

Prenez ces gens partant à la chasse aux esprits armés d’une « boîte à fantômes » qui enregistre le silence, les bruits parasites, comme des sons provenant de diverses sources, disons une radio, et y entendent, après exploration de suffisamment de données, des esprits qui leur parlent, très commodément dans une langue connue d’eux !

Prenez encore ceux qui, dans un enregistrement de sons qu’on dit (faussement) réalisé en 1989 plusieurs kilomètres sous Terre, entendent rien de moins que les cris des damnés de l’enfer, ce qui prouverait que celui-ci existe !

Décidément, on n’aura pas seulement tout vu : on aura aussi tout entendu !
S’il y a une leçon à retenir de tout cela, c’est que, en piochant dans un ensemble hétéroclite de données suffisamment grand, on risque fort de trouver quelques combinaisons d’éléments qui ressemblent, plus ou moins vaguement, à quelque chose qui nous est familier. Il n’est ni utile ni pertinent d’y voir ou d’y entendre le moindre sens et encore moins d’y lire la moindre intervention, fût-elle humaine, divine ou extraterrestre.
 

Afficher tous les textes de cette section