Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Santé

Au bonheur des curieux

Catherine Dubé - 29/09/2010
-

Les gens curieux sont non seulement plus heureux, mais aussi en meilleure santé et plus intelligents que les autres. Et si la curiosité était un facteur de réussite scolaire ? 
 
 
 
Sans curiosité, l’humanité ne serait sûrement pas ce qu’elle est devenue. Il en a fallu une bonne dose à Christophe Colomb pour qu’il s’embarque vers l’inconnu, et au moins autant à Thomas Edison pour tester 6 000 matériaux avant de trouver celui qui conviendrait pour le filament de l’ampoule électrique. Aujourd’hui, la curiosité continue d’être la bougie d’allumage qui pousse l’être humain à s’intéresser aux autres et au monde qui l’entoure, à acquérir connaissances et compétences. Et c’est un moteur extraordinaire.

Chaque été, alors que la plupart des jeunes ne pensent qu’à se baigner, à paresser ou à faire du vélo, d’autres assistent au camp d’été Folie Technique, à l’École polytechnique de Montréal. Il faut voir les ados inscrits sous le thème de l’aéronautique. Dans la salle de classe convertie en atelier, sur des tables couvertes de carton-mousse et de matériel électronique, ils terminent la construction d’avions téléguidés dont ils ont eux-mêmes dessiné les plans. L’excitation est palpable: ils sauront bientôt si leur engin vole. Pour en dessiner les pièces, ces garçons d’à peine 14 ans ont appris, en moins d’une semaine, le fonctionnement d’un logiciel de design utilisé par les vrais ingénieurs!

Le psychologue américain Todd Kashdan, un des rares spécialistes de la curiosité, croit même que nous gagnerions tous à devenir (ou à redevenir) un peu plus curieux. C’est ce qu’il explique dans Curious?, un intrigant bouquin à la couverture jaune canari publié en 2009 par Harper Collins. En ajoutant du piment à nos vies, que ce soit au travail, dans nos loisirs ou dans nos relations sociales, la curiosité rend l’existence beaucoup plus intéressante et satisfaisante, écrit-il.

La science semble lui donner raison. L’équipe de recherche qu’il dirige au département de psychologie de l’université George Mason, en Virginie, a interrogé des milliers de personnes, étudiants ou travailleurs de tous milieux, jeunes et vieux, hommes et femmes. La conclusion de ces études est la même: «Les gens curieux se sentent plus en contrôle de leur vie et ils considèrent que leur existence a un sens», dit le chercheur. Leur curiosité les pousse à explorer – ce qui leur ouvre un monde de possibilités – et à entreprendre des actions qui comptent à leurs yeux.

Todd Kashdan prêche par l’exemple. Avant de devenir chercheur en psychologie, il était courtier à la bourse de New York. Il a démissionné et est retourné à l’université le jour où il a réalisé que ses longues discussions du week-end sur la psyché humaine le passionnaient beaucoup plus que le cours des actions.

Une arme contre l'anxiété

Les centaines de patients anxieux qu’il a rencontrés depuis l’obtention de son diplôme l’ont convaincu d’une chose: l’an­xiété et la curiosité fonctionnent en tandem et sont en fait deux façons différentes de réagir à la nouveauté. L’individu anxieux préfère demeurer en terrain connu pour éviter les risques, alors que la personne curieuse considère que le gain potentiel surpasse le danger. «La plupart des gens se situent entre les deux et ressentent un mélange d’émotions devant une situation nouvelle», dit Todd Kashdan. Qu’il s’agisse de partir sac au dos pour la Tanzanie, de changer d’emploi, de faire de la planche à neige pour la première fois ou de parler à un étranger.

«Les gens les moins curieux sont en fait intolérants à l’incertitude», souligne le psychologue. En restreignant leur univers, ils évitent le stress lié à l’inconnu. Bien difficile de se défaire de cette anxiété qui a si bien servi nos ancêtres. «À l’époque des chasseurs-cueilleurs, ceux qui s’inquiétaient d’un bruit étrange ou de quelque chose d’inhabituel avaient de meilleures chances de survie», note le chercheur. Car la curiosité a un prix. En goûtant de nouvelles plantes, les plus audacieux ont fait avancer l’espèce humaine, mais quelquefois au péril de leur vie.


 

Afficher tous les textes de cette section