Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Santé

L'arsenic dans le riz inquiète les chercheurs

Par Marine Corniou - 17/02/2017
-

L’arsenic, qui contamine parfois l’eau potable, est un poison connu depuis toujours. Mais depuis quelques années, des chercheurs s’inquiètent du fait que les aliments que nous consommons quotidiennement contiennent des taux trop élevés d’arsenic.

Certaines études récentes ont par exemple mis en évidence la présence d’une quantité inquiétante d’arsenic dans le riz, les produits à base de riz (notamment les céréales pour bébé), les boissons alcoolisées, et certains jus de fruits, notamment certains jus de pomme.

Des risques pour la santé

Une étude menée au Bangladesh sur 18 000 personnes a montré, en 2013, une corrélation entre la consommation de riz et les lésions cutanées caractéristiques d’un empoisonnement à l’arsenic. L’exposition à l’arsenic augmente aussi le risque de certains cancers et peut perturber le développement neurologique des enfants.

La population nord-américaine est elle aussi à risque. « L’arsenic est présent dans de très nombreux aliments, et pourtant il n’y a presque pas de réglementations », a expliqué Keeve Nachman, de la John Hopkins University, lors du congrès de la AAAS à Boston.

L’arsenic est le 20ème élément le plus abondant dans la croûte terrestre ; on en trouve donc partout dans les sols et l’eau. « Le plus souvent, la source est naturelle, même si l’utilisation de certains pesticides à l’arsenic ont contaminé des sols agricoles », a rappelé le biologiste David Salt (University of Nottingham) lors du congrès.

Les sources d’exposition artificielles, en plus des pesticides, sont les activités minières, les centrales électriques au charbon, les émissions d’hydrocarbures…

Le riz, parce qu’il est cultivé dans l’eau stagnante, accumule 10 à 20 fois plus d’arsenic que les autres céréales.

« L’augmentation de la production et de la consommation de riz, en particulier chez les enfants et dans les produits « sans gluten » pose un problème pour la santé humaine », s’est inquiétée Margret Karabas, épidémiologiste au Dartmouth College.

Des outils pour réduire l'exposition

Son équipe a mis sur pied un site internet, Arsenic and you (en anglais), qui inclut des recommandations pour limiter l’exposition et liste les aliments les plus problématiques. Le site propose aussi d'évaluer la quantité d'arsenic à laquelle chaque personne est exposée, en fonction de ses habitudes alimentaires.

Pour limiter l’exposition, il est notamment recommandé de cuire le riz avec beaucoup d’eau, comme on le ferait avec des pâtes.

"Nous savons que nous sommes trop exposés, même s'il est difficile d'établir les doses maximales acceptables pour chaque aliment. Mais l'idée est de réduire l'exposition", a ajouté Keeve Nachman.
 

Afficher tous les textes de cette section