Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Santé

Les jeunes enfants en dette de sommeil

Par Boureima Sanga* - 10/05/2013
-
Les enfants d’âge préscolaire ont besoin généralement de 10 ou 11 heures de sommeil par nuit. Malheureusement ce rythme n'est pas toujours respecté par les parents qui adoptent de mauvais comportements. De vastes études épidémiologiques menées aux Etats-Unis, en Australie, en Israël et en Italie rapportent qu’un tiers, voire un quart, des enfants âgés de 6 mois à 5 ans ont des difficultés à aller au lit, à s’endormir et/ou à dormir de façon continue au  cours de la nuit. Evelyne Touchette, de l’Ecole de psychologie de l’université Laval, a fait le point sur la question lors de la conférence de l'ACFAS en mai 2013.

Elle précise que le mauvais sommeil chez l’enfant peut générer une somnolence diurne qui favorise l’émergence de problèmes tels que des troubles d’humeur, des baisses d'attention ou des difficultés scolaires. Une dette chronique de sommeil est  associée à un risque accru de présenter un surplus de poids ou d’obésité.

Les comportements des parents influencent fortement la qualité du sommeil de l’enfant. Ainsi, les recherches de Mme Touchette ont montré l’importance des interactions parent-enfant au moment du coucher et durant les périodes d’éveil nocturne. Le fait de mettre l’enfant dans son lit éveillé, sans demeurer avec lui, l'aide à apprendre à s’endormir par lui-même et par extension, à se rendormir seul lors d’un éveil nocturne. Les gestes à éviter ? Coucher l’enfant déjà endormi dans son lit, rester à son chevet jusqu’à ce qu’il s’endorme, ou le sortir de son lit pour l'apaiser la nuit.

La chercheuse conseille aux parents d’instaurer une routine enveloppante, chaleureuse et sécurisante tout en favorisant l’autonomie de l’enfant. « Il est important que l’enfant dispose de points de repère dans le temps et l’espace pour apprendre à s’endormir seul. Un autre conseil serait de ne pas attendre trop longtemps pour traiter les problèmes de sommeil chez l’enfant puisque plus les problèmes perdurent, plus il y a des risques qu'ils deviennent chroniques », note-t-elle.

Afficher tous les textes de cette section