Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Science

Des chercheurs accusés de n'avoir su prédire un séisme

Dans le monde
26/12/2012
Un procès bâclé? La justice italienne avait des relents d’Inquisition lorsqu’elle a condamné une équipe de scientifiques à six ans de prison ferme chacun pour ne pas avoir su prévoir un tremblement de terre. Fin mars 2009, à L’Aquila, une ville de la région des Abruzzes, les habitants s’inquiétaient de légères secousses sismiques.

À la suite d’une réunion d’experts, le sous-directeur de la protection civile les avait rassurés: il n’était pas nécessaire d’évacuer les lieux. Il alla jusqu’à leur conseiller plutôt de se détendre en prenant un verre de montepulciano, un vin local. Quelques jours plus tard, L’Aquila était ravagée par un séisme d’une magnitude de 6,3, causant la mort de 309 personnes.

Poursuivis, Bernardo de Bernardinis et les six experts de la Commission italienne des grands risques ont été reconnus coupables d’«homicide par imprudence». En plus de leur peine de prison, ils ont été condamnés à payer une somme de 11 millions de dollars en dommages intérêts aux parties civiles.

On comprend que les chercheurs aient choisi d’en appeler de cette décision, mais l’affaire démontre les difficultés de gérer l’incertitude. Par exemple, si un événement est jugé par la science peu probable, comme l’explosion d’une centrale nucléaire occasionnée par un tsunami, cela ne veut pas dire que cet événement ne surviendra pas. Sinon, à ce compte, on devrait songer à fermer les marchés financiers dès que des économistes appréhendent un risque de crise économique.

[1] Passage du Nord-Ouest: les obstacles fondent
[2] P'tite bête
[3] La chute de l’ange supersonique
[4] La pièce manquante de la physique enfin trouvée
[6] Curieux Martien
[7] La mère des villes d’Europe
[8] Sortir du système
[9] Le bouquet!

Afficher tous les textes de cette section