Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Science

La morue, une exception génétique

23/09/2011
Après avoir suscité l’engouement des pêcheurs pendant des siècles, les morues captivent désormais les généticiens!

En séquençant le génome de la morue de l’Atlantique, des chercheurs de l’université d’Oslo, en Norvège, se sont aperçus qu’elle possédait un système immunitaire hors du commun.

Contrairement aux autres vertébrés, ce poisson savoureux ne possède pas de gènes MHC II, que l’on croyait indispensables pour déclencher une réponse immunitaire en cas d’infection bactérienne. Si la morue est capable de se défendre, c’est qu’elle porte en revanche 10 fois plus de gènes MHC I que les autres espèces de poissons, et que nous, les humains.

Ces gènes, qui ne servent habituellement qu’à combattre les virus, auraient évolué chez la morue pour compenser l’absence de MHC II, de telle sorte qu’ils puissent aussi lutter contre les bactéries.

Pour les chercheurs, la surprise est totale: c’est la première fois qu’une telle «exception » immunitaire est observée dans le règne animal, prouvant que les défenses naturelles sont beaucoup plus adaptables que ce que l’on pensait. Cette adaptation évolutive de la morue aurait pu être avantageuse pour lutter contre les bactéries des mers froides. La morue, modèle de lutte contre les infections?

Afficher tous les textes de cette section