Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Notes de terrain

J'ai laissé mon cœur à Coquitlam

Par Serge Bouchard - 27/11/2013
Vol AC183, Vancouver-Montréal. Au décollage, nous traversons les brouillards et les brumes de la côte ouest, puis nous survolons les neiges éternelles des Rocheuses, les damiers monotones des champs dans les Prairies, le couvert ténébreux des forêts de l’Ontario et du Québec, parfois surpris par les reflets des Grands Lacs.

Cinq heures de vol avant que le commandant réduise le régime des moteurs, au-dessus du mont Tremblant. Mais je suis bien le seul à avoir suivi le vol, de la première à la dernière secousse. Attachés à leur fauteuil, les passagers s’adonnent à des jeux électroniques, regardent des films, examinent l’écran de leur ordinateur; puis ils dorment. Que faire d’autre? Très peu conversent, personne ne regarde par le hublot; d’ailleurs les volets sont tous abaissés. Le Cana­da, finalement, est une aile d’avion. Le Canada, c’est un bruit de moteur à réaction, entendu à l’intérieur d’une cabine fuselée. Le Canada sent le kérosène. Il goûte le wrap au poulet, le mauvais café. Le Canada, c’est cinq heures de sommeil ou bien deux films catastrophe.

«À quoi penses-tu quand tu survoles le Canada?» Je ne pense à rien de particulier. J’imagine Hank Williams en train de composer Jambalya on the Bayou en 1952. Je pense à Lucille Marie Raymonde Savoie qui fut la première chanteuse canadienne à vendre plus de un million de disques. Elle appartient au panthéon canadien de la musique country. Lucille Marie Raymonde est née à Saint-Boniface au Manitoba, mais elle a passé son enfance à Coquitlam, en banlieue de Vancouver. Pour son public, Raymonde est devenue Lucille Starr. Excellente guitariste, très bonne dans le yodel, elle a enregistré en anglais, en français et en espagnol. Sa chanson The French Song l’a rendue célèbre partout dans le monde au début des années 1960. Une rue de Port Coquitlam porte son nom, le Lucille Starr Boulevard.

Coquitlam est un mot salish qui signifie «là où il y a des poissons rouges en haut de la rivière». L’endroit est si beau que les humains l’occupent depuis au moins 9 000 ans. Un des quartiers de Coquitlam s’appelle Maillardville, qui signifie «là où il y a des Canadiens français depuis un siècle». Le French Song de Raymonde Savoie, c’est en réalité le fameux Quand le soleil dit bonjour aux montagnes. Mais Raymonde chantait aussi Jambalya on the Bayou. La triangulation francophone ouest-sud-est se dessine: Hank Williams a écrit Jambalya à partir de la tradition des Cajuns de la Louisiane. On y parle de la cuisine d’Yvonne, des Thibodeau et des Fontenot, et de filets gumbo.

J’ai laissé mon cœur à Coquitlam, là où a vécu Raymonde Savoie, la chan­teuse du groupe Les Hirondelles de Maillardville, devenue Lucille Starr, la voix des Canadian Sweethearts. Les Savoie originaux de l’Acadie ancienne se sont retrouvés aux trois coins de cette Amérique-là. Ils ont gratté la guitare, chanté des mots simples sur fond de musique country, écrit la saga de leur dispersion dans l’espace américain. Je crois que, à Coquitlam, le soleil a raison de dire bonjour aux montagnes. Car depuis Maillardville, en Colombie-Britannique, jusqu’à Allardville, en Acadie, en passant par Bâton Rouge en Louisiane, nous embrassons l’Amérique au complet. Nous sommes au pays de «mes chers amis», de ceux qui crient «Maman!» quand ils ont peur, de ceux qui appellent le lynx un «pichou», de ceux qui mangent de la fricassée, des patates et de la morue, des tartes au sucre ou de la jambalya. L’Amérique, un vieux mot italien qui veut dire «terre des Savoie».

Vol AC183, Vancouver-Montréal. Je pense aux Savoie d’Amérique, à Coquitlam, à Maillardville, à cette femme prénommée Raymonde qui fut l’idole des Hollandais et des Australiens, qui chantait son French Song en français, devant de grandes foules ravies, massées dans les jardins de tulipes des Pays-Bas, chapeaux de cow-boy sur la tête. Quand le soleil dit bonjour aux montagnes, je suis seul, je ne veux penser qu’à toi...

Afficher tous les textes de cette section