Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

Aller au bout de son traitement antibiotique? Pas forcément..

Par Marine Corniou - 31/07/2017
-

On vous le répète à chaque fois: si vous prenez des antibiotiques, surtout prenez-les jusqu'au bout! Pas question d'interrompre le traitement plus tôt que prévu, car cela favorise l'émergence de résistances.

Mais voilà qu'une étude, publiée dans le British Medical Journal, vient ébranler ce dogme de la médecine, déjà énoncé par Sir Fleming (qui a découvert la pénicilline dans les années 1940).

Pour Martin Llewelyn, professeur à la Brighton and Sussex Medical School, et ses collègues des universités d'Oxford et de Southam, “l'idée qu'on encourage la résistance aux antibiotiques en arrêtant son traitement antibiotique trop tôt ne repose pas sur des preuves scientifiques, alors que le fait de prendre des antibiotiques sur une longue durée augmente inévitablement le risque de résistance”. Autrement dit, en voulant bien faire, on ferait mal...

Attention, pour certaines maladies, comme la tuberculose, un traitement long associant plusieurs molécules est nécessaire, affirment les auteurs. Mais pour la plupart des infections, "le concept d'une durée fixe de traitement ne tient pas compte du fait que les patients ne répondent pas tous de la même façon au même antibiotique", clament-ils.

Il ne s'agit toutefois pas d'une revue de la littérature scientifique, ni d'un essai clinique, mais d'une analyse, donc pas d'une preuve formelle.

Face aux réactions suscitées par l'étude, l'Organisation mondiale de la santé a publié un petit texte sur le sujet. "Des preuves émergent quant au fait que des traitements plus courts puissent être aussi efficaces que les traitements longs pour certaines infections. Les traitements plus courts ont plus de sens – ils sont plus souvent suivis correctement, ont moins d'effets secondaires, et sont également moins coûteux. Ils réduisent également l'exposition des bactéries aux antibiotiques, réduisant par le fait même la vitesse à laquelle les pathogènes acquièrent les résistances", précise l'organisme.

Cela étant, "une atténuation des symptômes ne signifie pas toujours que l'infection a complètement disparu", est-il noté. Conclusion: il faut "suivre les conseils du médecin"...

Quant aux chercheurs britanniques, ils concluent que "des recherches sont nécessaires pour déterminer quels sont les meilleurs messages à faire passer à la place, par exemple celui d'arrêter le traitement quand on se sent mieux. En attendant, l’éducation du public au sujet des antibiotiques devrait porter sur le fait que la résistance est avant tout le résultat d’un usage excessif de ces médicaments (NDLR, notamment dans l'agriculture) et n’est pas évitée par le fait de poursuivre son traitement jusqu'au bout".



Afficher tous les textes de cette section