Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

Changement climatique : ExxonMobil a délibérément trompé le grand public

Par Maxime Bilodeau - 31/08/2017
-
La compagnie connaissait l’impact des émissions de gaz à effet de serre sur l’environnement, mais a entretenu le doute dans ses communications publiques, conclut une étude américaine.

Prouver l’existence d’un double discours par une société pétrolière et gazière pendant plus de trente ans n’est pas une mince tâche. C’est pourtant le tour de force qu’ont réussi deux chercheurs de l’université Harvard qui ont comparé entre eux 187 documents produits par Exxon, Mobil ou ExxonMobil (fruit de la fusion des deux entreprises) entre 1977 et 2014. Parmi eux : Naomi Oreskes, à qui l’on doit l’ouvrage Les marchands de doute (Le Pommier).

Le fruit de leur recherche – qui est elle-même la suite d’une enquête conjointe du site Inside Climate News et du Los Angeles Times parue à l’automne 2015 — a été publié le 23 août dernier dans la revue Environmental Research Letters.

Documentation variée

C’est la diversité de la documentation analysée qui fait la force de cette étude. Les chercheurs, deux historiens des sciences, ont mis en parallèle des publications scientifiques rédigées par des chercheurs d’Exxon et publiées ou non dans des revues évaluées par les pairs, des documents internes de la compagnie et des publireportages payants placés au fil des années dans le vénérable New York Times.

Leur but : évaluer la teneur du discours que tenait ExxonMobil quant au changement climatique anthropique dans des cercles scientifiques ou auprès du grand public. Pour ce faire, ils ont recouru à l’analyse de contenu textuelle, une méthode propre aux sciences sociales, afin de déterminer le message véhiculé par chaque document. Cet outil a par exemple déjà été utilisé pour quantifier le degré de consensus scientifique vis-à-vis du changement climatique.

Conclusion implacable

Selon les auteurs, 83 % des publications scientifiques et 80 % des documents internes étudiés reconnaissent que le changement climatique est réel et causé par l’activité humaine. Or, 81 % des tribunes parues dans le New York Times expriment un doute à ce sujet.

« Nos travaux prouvent qu’ExxonMobil était mis au fait par ses scientifiques des effets des énergies fossiles sur l’environnement, mais qu’il a sciemment ignoré ces informations dans ses communications publiques. Les messages qu’ils ont envoyés étaient contradictoires et variaient selon les publics », écrivent les chercheurs dans une lettre ouverte publiée dans le New York Times.

Une stratégie dont parlait notre chroniqueur Normand Baillargeon dans son billet sur les semeurs d'ignorance.
 

Afficher tous les textes de cette section