Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

Des chercheurs en santé investissent le musée

Par Martine Letarte - 18/01/2017
-
Presque chaque mois, 15 patients atteints d’anorexie nerveuse ou de boulimie du programme des troubles de l’alimentation de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas se rendent au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Ils visitent une exposition, s’expriment sur les œuvres, participent à un atelier dirigé par une art-thérapeute de l’Université Concordia et partagent un repas.

Résultat ? «Ils aiment être mis en contact avec une façon différente de s’exprimer, pouvoir créer sans s’imposer de pression de performance et leur niveau d’anxiété diminue pendant l’activité», explique Howard Steiger, chef du programme des troubles de l’alimentation à Douglas.

L’expérience a été si concluante que même si l’étude est maintenant terminée, les visites des patients au musée se poursuivent.

Ce projet de recherche a été le premier à démarrer au MBAM en 2014. Depuis, sept autres sont apparus dans des domaines aussi variés que l’autisme, la cardiologie et l’Alzheimer.

Un nouveau comité consultatif Art et Santé, présidé par Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec, veillera maintenant à faire croitre le nombre de projets en cours et à les faire rayonner ici et à l’international.

À la tête des Fonds de recherche du Québec (FRQ), Rémi Quirion a justement le mandat de développer la transversalité pour ouvrir de nouveaux pans de recherche.

«Les équipes de chercheurs sont plus ouvertes qu’avant, mais il reste des défis, notamment en matière de financement, précise-t-il. La recherche au MBAM permettra de tester des approches qui pourraient être validées par la suite dans de plus grandes initiatives financées par les FRQ.»

«Les projets sont développés en cocréation par les chercheurs et le MBAM et nous souhaitons prouver qu’un musée d’art peut être un partenaire crédible de recherche en santé pour différents types d’enjeux et pour servir à différentes populations», affirme Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef, MBAM.
Photo : Andrew Louis
 

Afficher tous les textes de cette section