Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

Le papillon Belle-Dame en quatre points

Par Maxime Bilodeau - 21/09/2017
-
Des Belles-Dames ont envahi par millions le sud du Québec dans les derniers jours. Voici quatre faits intéressants à savoir sur ce papillon migrateur qui fait les manchettes.

1— On les retrouve partout (ou presque) sur Terre

La Vanesse des chardons (Vanessa cardui en latin) est l’espèce de papillon la plus répandue au monde, peut-on lire sur le site Internet d’Espace pour la vie. Et pour cause, on la retrouve partout en Europe, en Asie et en Amérique du Nord! Des nuées de milliers de Belles-Dames ont d’ailleurs pu être observées partout sur le Vieux Continent au printemps 2009. Un phénomène qui n’est pas sans rappeler celui que vit actuellement le Québec, qui serait notamment dû à El Niño.

2— Ils sont de grands migrateurs...

L’apparence n’est pas la seule chose que ces papillons de couleur orange partagent avec le Monarque; il y a aussi le comportement migratoire. Comme ces derniers, les Belles-Dames parcourent plusieurs milliers de kilomètres une fois l’automne venu afin de gagner les contrées chaudes, comme le Mexique. En 2016, une équipe de chercheurs a observé qu’ils entreprennent chaque année une migration de masse d’Europe centrale jusqu’en Afrique tropicale, un périple de plus de 4000 kilomètres.

3— Et de redoutables aviateurs!

La vitesse à laquelle les Belles-Dames migrent est encore plus impressionnante. Une étude parue au milieu du siècle dernier a rapporté qu’ils couvrent près de 500 km par jour, à des vitesses de l’ordre de 25 à 30 km/h! Le secret de leur progression digne de celle d’un cycliste? Les vents favorables en haute altitude, sur lesquels ils planent littéralement sur de longues distances. La cerise sur le sundae : les Belles-Dames accomplissent cet exploit en l’espace d’une seule et unique génération, alors qu’ils en comptent généralement six par année.

4— Les changements climatiques semblent les affecter

C’est du moins ce que conclut un rapport britannique publié en 2015 par l’organisme Butterfly Conservation et le Centre for Ecology & Hydrology. Selon lui, les effectifs de 76 % des espèces de papillons répertoriées au Royaume-Uni ont chuté dans les 40 dernières années. Parmi elles, on compte les Belles-Dames. Cependant, cette espèce ne jouit d’aucun statut de protection spécifique contrairement au Monarque, qui est considéré comme espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Si on voit autant de Belles-Dames au Québec cette année, c'est notamment en raison de vents défavorables à leur migration qui les forcent à rester au sol, selon Maxim Larrivée, de l'Insectarium de Montréal, interrogé par Radio-Canada.
 

Afficher tous les textes de cette section