Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

Les mégots, hautement toxiques pour les crustacés

Par Marine Corniou - 15/05/2018
-
Crédit: Patrick Brinksma - Unsplash

Lors de la 4ème Conférence mondiale sur la biodiversité marine (WCMB), qui se tenait du 13 au 16 mai à Montréal, plusieurs sessions étaient consacrées à l’omniprésence du plastique dans les océans. « Nous savons tous que c’est un énorme problème. La production de plastique double tous les 11 ans », a rappelé Jessica Merrett, étudiante au doctorat à l’University of New South Wales, à Sydney (voir aussi le texte : Des océans de plastique).

Pour étudier la répartition et la nature des déchets jonchant les plages de Sydney, où vivent 4 millions de personnes, Jessica Merrett a utilisé la photogrammétrie, qui combine des images aériennes et des photographies locales. Pendant un an, elle a suivi 38 plages où elle a consciencieusement répertorié le type et la quantité de déchets marins.

Sans surprise, « la plupart des déchets étaient du plastique. Des pailles, des emballages, des sacs, des bouchons, des bouteilles… Mais les objets les plus abondants étaient sans conteste les filtres de cigarette », a-t-elle expliqué. On estime que 4 500 milliards de cigarettes sont jetées par terre chaque année dans le monde.

Un mégot, c'est du plastique!
Composés principalement d’acétate de cellulose, un type de plastique, les mégots sont en réalité un véritable cocktail de contaminants, puisqu’ils contiennent aussi de nombreux produits toxiques comme du cadmium ou de l’arsenic. Pour évaluer l’impact de ces déchets, Jessica Merrett a récolté des « puces de mer », ces petits crustacés qui vivent sous le varech et que l’on voit sauter sur les plages.

« En présence des mégots, au laboratoire, les crustacés meurent rapidement », a précisé la chercheuse. En cause? Probablement les toxines contenues dans les fibres du filtre, mais aussi le papier qui entoure le filtre et que les puces ont tendance à grignoter.

Les mégots mettent de 18 mois à plusieurs années à se décomposer, et leurs contaminants toxiques sont solubles dans l'eau. Ils constituent pourtant jusqu’à un tiers de détritus récoltés sur certaines plages… C’était le cas en Thaïlande, où le gouvernement, excédé par les touristes négligents, a finalement interdit en 2017 la cigarette sur plus de 20 plages. Un exemple à suivre?
 

Afficher tous les textes de cette section