Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

Mars et le désert d'Atacama : même combat?

Par Maxime Bilodeau - 01/03/2018
-
La découverte de micro-organismes dans le désert d’Atacama, au Chili, redonne espoir à des chercheurs de trouver des traces de vie sur Mars un jour.

Ce désert de 105 000 km2 est réputé comme l’un des plus arides et des plus hostiles à la vie sur Terre. Selon les chercheurs allemands, sa ressemblance avec les conditions présentes sur la surface de la planète Mars est forte.

Dans leur étude parue cette semaine dans les pages de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, les scientifiques utilisent le terme « hyperaride » pour en décrire les sols — il y pleut moins d’une fois par décennie en moyenne, sans parler de l’abondante quantité de rayons ultraviolets qui frappent le sol.

« Rarement » ne signifie toutefois pas « jamais ». La preuve : en 2015, les chercheurs en embuscade y ont vu la pluie tomber dans le mois précédant leur visite. Et ils ont saisi leur chance de collecter des échantillons de la surface et du sous-sol d’Atacama sur six sites distincts.

Leur but : analyser l’impact de cette douche subite sur l’activité biologique dans la terre de ce laboratoire à ciel ouvert.

Réveil pluvieux

Après analyse, il semble que plusieurs formes de vie bactérienne dormaient à la surface et dans le sous-sol du désert d’Atacama avant d’être réveillées par les précipitations.

« Nous pensons que ces communautés microbiennes peuvent sommeiller pendant des centaines, voire des milliers d’années dans des conditions très proches de ce qu’on trouverait sur une planète comme Mars, avant de revenir à la vie quand il pleut », a expliqué un des chercheurs au Monde.

Ce regain de vie a toutefois été de courte durée. En 2016 et 2017, un prélèvement d’échantillons sur les mêmes six sites a démontré que les micro-organismes ont ralenti leur activité, avant de replonger en dormance. Les chercheurs infèrent que ce même phénomène pourrait théoriquement survenir sur Mars, ou certaines précipitations de neige ont été observées par le passé.

Mais rien n'est moins sûr. L’année dernière, des chercheurs ont mis du plomb dans l’aile du débat autour de la vie martienne lorsqu’ils ont annoncé que plusieurs composants de la surface de Mars se révèlent toxiques pour les micro-organismes. D’ailleurs, l’eau qu’on pensait voir sur la Planète Rouge serait plutôt des grains de sable, rapportait un autre groupe en 2017. La question risque de faire encore couler beaucoup d'encre.



 

Afficher tous les textes de cette section