Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

Mission Voyager: 40 ans de succès

Par Marine Corniou - 25/08/2017


Il y a 40 ans, la NASA lançait, à quelques jours d’intervalle, les deux sondes Voyager 1 et 2. Depuis, elles ne cessent de s’éloigner de la Terre, repoussant les limites de l’exploration spatiale.

En 2012, Voyager 1, lancée le 5 septembre 1977, est devenu le seul engin conçu par l’humain à entrer dans l’espace interstellaire, quittant les environs du Système solaire.
Voyager 2, quant à elle, lancée le 20 août 1977, est la seule sonde spatiale à avoir survolé les quatre planètes les plus externes du Système solaire : Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune.

« Leurs nombreux survols planétaires ont permis de découvrir les premiers volcans actifs non terriens, sur la lune de Jupiter Io; de découvrir des indices de la présence d’un océan sous la surface d’Europe, une autre lune de Jupiter; de repérer l’atmosphère la plus proche de celle de la Terre dans le Système solaire, autour de Titan, lune de Saturne; de voir Miranda, la lune glacée d’Uranus; et les geysers glacials sur Triton, lune de Neptune », rappelle la NASA.

Un dialogue qui se poursuit

Malgré leur âge et leur incroyable éloignement, les instruments de Voyager continuent à dialoguer avec les scientifiques grâce aux antennes du Deep Space Network (réseau de trois observatoires de communication avec l'espace lointain de la NASA). Avec leurs antennes de 4 mètres de diamètre, le signal radio qu'elles émettent met plus de 17 heures pour parvenir jusqu'à nous.

Aujourd’hui, Voyager 1, qui se trouve à 20 milliards de km de la Terre, poursuit son voyage et continue à envoyer des informations sur les rayons cosmiques, par exemple.

Sa sœur jumelle Voyager 2, à 17 milliards de km de la Terre, devrait à son tour entrer dans le « vide » interstellaire d’ici quelques années.

Les scientifiques estiment toutefois qu’il faudra éteindre le dernier instrument des sondes Voyager (elles en comptent 9 chacune) d’ici 2030, faute d'énergie. Celles-ci continueront toutefois leur trajet, à la vitesse de 48 280 km/h, emportant avec elles des témoignages de notre humanité.

Des témoins de notre existence

Car elles embarquent chacune le fameux Golden Record, un disque qui contient 116 images et 90 minutes de documents sonores représentatifs de la vie sur Terre : on y trouve, entre autres, la Cinquième Symphonie de Beethoven, des chants pygmées, le bruit de la pluie, de rires, de criquets ou de moutons, le son d’un baiser, une carte de localisation du Système solaire, la photo d’un éléphant et de la muraille de Chine, et des salutations en plusieurs dizaines de langues et dialectes…

Le tout assorti d'instructions visuelles permettant à d'éventuels extraterrestres de comprendre comment "lire" les données.

« Je pense que peu de missions pourront jamais égaler ce qu’ont accompli les sondes Voyager pendant leurs quatre décennies d’exploration », a déclaré Thomas Zurbuchen, administrateur de la NASA’s Science Mission Directorate (SMD). « Elles nous ont ouvert les yeux aux merveilles de l’Univers et ont donné à l’humanité l’inspiration pour continuer à explorer notre Système solaire, et au-delà. »

À voir: un documentaire de la BBC sur cette épopée.

Afficher tous les textes de cette section