Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

C'est la première fois qu'on observe une collision d'étoiles à neutrons

Par Annie Labrecque - 16/10/2017


Des astronomes d’un peu partout dans le monde ont été des témoins privilégiés d'une méga collision entre deux étoiles à neutrons (aussi appelé pulsars). De la lumière, un sursaut gamma, ainsi que des ondes gravitationnelles produites par cette collision qui a eu lieu dans la constellation de l'Hydre à 130 millions d'années-lumière de la Terre ont été détectées le 17 août dernier par LIGO et Virgo (aux États-Unis et en Italie) mais aussi par des dizaines de télescopes et d'observatoires qui ont pris dans mesures dans tous les spectres d'ondes. L’événement ne pouvait pas passer inaperçu!

L'analyse des données a permis d'obtenir la masse de ces étoiles à neutrons. Ces objets célestes sont très denses : 1,1 et 1,6 fois la masse du Soleil, ce qui concorde avec la masse d'une étoile à neutrons. On a également confirmé la formation d’éléments chimiques lourds tels que l’or et le plomb lors de cette fusion.

« On ne pouvait que rêver de voir un jour cet événement astronomique, mais aujourd'hui, ça se produit réellement », s’enthousiasme Frédéric Daigne, spécialiste de l’astrophysique des hautes énergies, lors d’une conférence de presse organisée par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), en France.

Jusqu’à présent, les détecteurs avaient repéré la fusion de couples de trous noirs. C’est la première fois qu’on observe cet événement très rare, qui se produirait tous les 10 000 à 100 000 ans.

« Le fait de pouvoir l'observer démontre tout le progrès qu'on a fait. C’est extraordinaire, car avec les ondes gravitationnelles, on observe ce qui se passe avant : on a vu les objets orbiter l'un autour de l'autre et se rapprocher. On a ainsi enregistré cette évolution qui précède la collision des étoiles à neutrons. Cela nous donne un tas d'informations quantitatives très précieux », explique Benoît Mours, directeur de recherche au CNRS et responsable scientifique français de Virgo en France.

Illustration: NASA




Afficher tous les textes de cette section