Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

Une nouvelle espèce d'orang-outan découverte en Indonésie

Par Martine Letarte - 07/11/2017
-
Les orangs-outans Tapanuli, Pongo tapanuliensis, tout juste découverts dans le nord de l’île de Sumatra, en Indonésie, forment une population isolée de seulement 800 membres. Elle devient ainsi l’une des espèces de grands singes parmi les plus menacées d’extinction.

En 1997, une équipe de chercheurs de l’Université nationale australienne avait découvert la population isolée d’orangs-outans dans la région de Batang Toru, dans le nord de l’île de Sumatra.

Puis, des caractéristiques singulières du crâne et des dents d’un squelette d’orang-outan qui avait été tué en 2013 ont mis la puce à l’oreille des chercheurs. Une équipe menée par l’Université de Zurich a ensuite lancé la plus grande étude génomique d’orangs-outans sauvages réalisée jusqu’à ce jour. Le génome de 37 spécimens a été analysé et les résultats ont montré clairement l'existence de trois lignées évolutives. L'étude, publiée dans Current Biology,

Il y avait auparavant deux espèces d’orangs-outans connus : ceux de Sumatra et ceux de Bornéo. L’espèce Tapanuli qui vient d’être découverte serait en fait la plus ancienne.

Les calculs des scientifiques montrent que les orangs-outans Tapanuli auraient été isolés de toutes les autres populations de l’île pendant au moins 10 000 à 20 000 ans.

Si les scientifiques sont excités par la découverte d’une nouvelle espèce de grand singe au 21e siècle (la dernière découverte de ce genre date de 1929), ils considèrent que la plus grande priorité doit être de la protéger.

Actuellement, on voit se multiplier dans les forêts vierges de Batang Toru des plantations pour produire de l’huile de palme et un projet de barrage hydroélectrique pourrait également venir affecter l’environnement des orangs-outans de Tapanuli. Si des mesures de conservation ne sont pas prises, les scientifiques craignent que cette espèce soit disparue dans quelques décennies.

Ci-dessous, une vidéo du quotidien Le Monde:



Photo : Maxime Aliaga
 

À voir également