Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

Une promenade à la plage sur la chaise du dentiste?

Par Solène Jonveaux - 17/06/2017
-
Vous est-t-il déjà arrivé de souhaiter être ailleurs que dans un cabinet pendant une visite chez le dentiste? 

C’est ce qu’ont expérimenté les participants d’une étude anglaise publiée dans le journal Environment and Behaviour. Les chercheurs ont démontré que la visite d’une plage en réalité virtuelle lors d’une opération dentaire diminuait la douleur ressentie par les patients.

« La recherche en psychologie environnementale montre déjà que la nature a beaucoup de bienfaits psychologiques et physiologiques sur les patients. Mais dans le contexte d’une opération, on ne peut pas être en contact avec l’extérieur. L’idée était d’amener la nature à l’intérieur afin d’aider les gens à surmonter ces situations stressantes », explique Sabine Pahl, professeur de psychologie et coordinatrice du projet de recherche à l’université de Plymouth.

La réalité virtuelle est déjà utilisée dans le contexte médical, notamment pour réduire la douleur ou combattre une phobie. C'est par exemple le cas au CHU Ste-Justine, où on expérimente son efficacité chez les enfants souffrant de graves brûlures.

Dans ce cas-ci, les patients ont participé à deux expériences de trente minutes de réalité virtuelle différentes pendant des opérations d’extraction ou d’obturation dentaire. Certains ont vécu une promenade au bord de la plage et d’autres, une marche dans une ville. Les deux groupes ont été comparés à des patients subissant une opération sans aucune distraction.

Vidéo de la promenade sur la plage en réalité virtuelle :


Les résultats montrent que la promenade au bord de la plage réduisait la perception de la douleur et les souvenirs négatifs de l’opération, alors que la marche urbaine n’avait aucun effet.

« Il y a beaucoup de potentiel pour l’utilisation de cette technique pour d’autre situations déplaisantes comme la radiothérapie ou les espaces clos stressants comme les scanners. Cela permettrait de sortir les patients du contexte médical et de les calmer », précise Sabine Pahl.

Selon les chercheurs, l’accès virtuel à la nature réduirait également les soucis d’hygiène associés à la présence de plantes en hôpital et de permettre aux patients immobilisés de s’évader sans quitter leur lit d’hôpital ou interrompre leur traitement.
 

Afficher tous les textes de cette section