Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

L'eau qu'on pensait voir sur Mars serait plutôt des grains de sable

Par Martine Letarte - 21/11/2017
-
Les flux foncés qu’on voyait sur des images de Mars et qu’on pensait être de l’eau seraient plutôt des grains semblables à du sable. 

On savait déjà que la planète rouge était plus hostile que prévu en raison des composantes de sa surface qui sont toxiques pour les bactéries, mais voilà que ce que l’on pensait être de l’eau serait plutôt un matériau granuleux bien banal, comme du sable! Mars serait finalement très pauvre en eau, ce qui créerait un environnement qui ne pourrait pas, d’après l’état actuel des connaissances, soutenir la vie.

Cette découverte, qui ne sera pas sans décevoir les amateurs d’histoires extraterrestres, vient d’être publiée dans Nature Geoscience.

Les chercheurs ont analysé les pentes récurrentes linéaires des images prises par la caméra HiRISE de la sonde spatiale Mars Reconnaissance Orbiter (MRO). Ces figures se forment progressivement, puis disparaissent, mais reviennent chaque année pendant la période la plus chaude sur Mars. Si leur apparence et leur croissance s’apparentaient au départ à celles de l’eau liquide suintante, les plus récentes analyses montrent que les pentes récurrentes linéaires bougent plutôt comme si elles étaient composées d'un matériau granuleux semblable à du sable ou à de la poussière.

C’est surtout l’extrémité des dénivellations qui ont été déterminantes dans cette découverte, puisqu’elles sont identiques à ce que l’on peut observer avec les dunes. Les chercheurs sont maintenant convaincus que l’eau ne pourrait pas causer ce type d'écoulement observé.

Cette nouvelle compréhension des images à haute résolution soutient l’évidence que Mars serait aujourd’hui une planète très sèche. Les auteurs de l’étude concluent en fait que l’eau liquide actuellement sur Mars pourrait se limiter à des traces d’humidité dissoute dans l’atmosphère et à de minces pellicules d’eau.

Les récentes découvertes rendent donc encore plus improbables les chances d’annoncer un jour la présence de formes de vie sur Mars.

Photo : NASA/JPL/University of Arizona/USGS

Afficher tous les textes de cette section