Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Reportages

Des droits pour les animaux!

Propos recueillis par Jean-Pierre Rogel - 21/07/2015
Notre rapport avec les animaux commence à changer, affirme Martin Gibert dans son
tout récent essai Voir son steak comme un animal mort; est-ce un progrès? Pour le
philosophe chargé de cours en éthique et en philosophie du droit à l’Université McGill, cela ne fait aucun doute.



Notre vision des animaux a évolué au fil des siècles. Où en sommes-nous aujourd’hui?

Dans la tradition chrétienne et dans la pensée de René Descartes en particulier, les hommes ont longtemps considéré les animaux comme étant d’une nature différente de la leur, ce qui justifiait notamment qu’ils se les approprient comme des biens. La première grande rupture avec cette façon de voir est venue avec Charles Darwin au XIXe siècle, lorsque ce dernier a démontré qu’il y avait une vraie continuité dans le vivant et aucune différence de nature entre les humains et les autres animaux. Depuis, les découvertes en biologie et en cognition animale n’ont fait que renforcer cette conclusion. Cela n’empêche pas qu’il y ait d’importantes différences entre la cognition humaine et la cognition non humaine, mais cela signifie que, en ce qui concerne les espèces «sentientes» – c’est-à-dire capables de ressentir de la douleur –, on ne devrait plus se comporter comme nos ancêtres du XVIIe siècle.

En 2012, à l’université de Cambridge, au Royaume-Uni, des experts scientifiques de plusieurs disciplines ont signé la Déclaration de Cambridge sur la conscience animale. Quelle est la valeur réelle de ce document?

Pour la première fois, on reconnaissait que «les humains ne sont pas les seuls à posséder les substrats neurologiques de la conscience». Donc, que des animaux non humains, notamment l’ensemble des mammifères et des oiseaux, ainsi que les pieuvres, pouvaient comme nous ressentir du plaisir, de la douleur et des émotions. C’est sur cette constatation que se fonde le mouvement de libération animale, mené notamment par l’éthicien australien Peter Singer. Rejetant l’idée d’une démarcation entre les hommes et les bêtes, qui ferait de ces dernières de simples propriétés à exploiter, on considère les animaux dans une optique d’égalité avec les humains. Ce mouvement, selon moi, devrait prendre beaucoup d’ampleur dans les années à venir.

Lire la suite dans notre numéro d'août-septembre 2015

+Pour en savoir plus
Voir son steak comme un animal mort, Lux Éditeur, 2015, 256 p.

Afficher tous les textes de cette section