Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Reportages

Pas si fiables, ces empreintes!

Par Marine Corniou - 16/11/2017
-
Uniques, les empreintes digitales? La science ne l’a jamais prouvé, avertissent des chercheurs.

Dans toute série télé policière qui se respecte, les enquêteurs n’oublient jamais de relever les empreintes digitales sur les scènes de crime. Et pour cause, ces motifs sont uniques. C’est en tout cas ce qu’on répète partout. La probabilité que deux humains possèdent les mêmes empreintes serait de une sur 64 milliards à une sur 113 milliards, peut-on lire auprès de nombreuses sources fiables.

Vraiment ? « Les chiffres qui circulent à propos de la soi-disant unicité des empreintes sont en fait anecdotiques et ne reposent sur aucune analyse scientifique rigoureuse. Les autorités policières nous ont fait croire que les “empreintes ne mentent pas”. C’est faux », s’insurge Anil Jain, du département d’informatique de la Michigan State University.

Il fait partie d’un quatuor de chercheurs de l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS), qui ont signé en octobre un rapport sur l’utilisation en criminologie des empreintes digitales « latentes », c’est-à-dire laissées involontairement sur des objets ou des surfaces. Leur conclusion : « La science ne peut pas prouver qu’une empreinte est unique », résume-t-il. Et on ne peut donc pas condamner quelqu’un hors de tout doute en se fiant à ce seul indice.

Cela ne surprend guère Alexandre Beaudoin, vice-président de l’International Association for Identification, le plus grand regroupement de professionnels des sciences judiciaires. « Les empreintes digitales sont utilisées depuis plus de 100 ans. C’est vrai que le dogme a longtemps été de s’en servir pour identifier un suspect avec certitude. Aujourd’hui, l’analyse des empreintes est soumise à des processus rigoureux, du moins au Canada, où tous les policiers reçoivent la même formation standardisée. Les empreintes sont souvent utilisées, comme preuve circonstancielle très forte, mais plus comme preuve absolue », explique ce spécialiste.

Aux États-Unis, la situation est différente. « L’argument selon lequel deux empreintes digitales concordent à 100 % est toujours utilisé en cour », déplore Anil Jain, rappelant que les erreurs sont rares, mais qu’il y en a.

C’est loin d’être la première fois que des scientifiques américains tirent la sonnette d’alarme. En 2009, un rapport du Conseil national de la recherche des États-Unis concluait que la science judiciaire ne reposait pas sur des études rigoureuses, et qu’il était souvent impossible d’en valider les prémisses et les techniques. En 2016, c’est la subjectivité des analyses qui était dénoncée par le Conseil du président sur la science et la technologie, qui fustigeait les prétentions d’infaillibilité brandies devant les tribunaux.

Le rapport de l’AAAS émet également des réserves quant aux algorithmes de comparaison mis au point par des firmes privées. Il souligne le manque de connaissances sur la variabilité des empreintes laissées par un même doigt (selon la porosité de la surface, par exemple) et mentionne le risque de biais cognitif de l’enquêteur, et d’erreurs liées au manque de formation. Au total, le groupe émet 14 recommandations. « En fait, le rapport insiste sur l’importance de poursuivre les recherches et de faire évoluer la science », observe Alexandre Beaudoin. Un appel d’autant plus urgent que l’administration Trump a mis fin, en juillet dernier, au financement de la National Commission on Forensic Science, un groupe de 30 scientifiques et juristes dont le mandat était d’améliorer la fiabilité des sciences judiciaires.
 
Comment se forment les empreintes digitales?
Les empreintes (ou dermatoglyphes) se forment avant la naissance, entre la dixième et la vingt-quatrième semaine de grossesse. Elles sont façonnées par les gènes, mais aussi par l’environnement dans lequel se développe le fœtus, notamment par les mouvements du liquide amniotique, les frottements des doigts entre eux ou contre les structures utérines.


Afficher tous les textes de cette section