Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Reportages

Quand le sexe fait mal

Par Martine Letarte et Mélissa Guillemette - 16/02/2017
-
Plusieurs femmes éprouvent de la douleur pendant les relations sexuelles sans qu'une cause médicale puisse l'expliquer. Ce n'est pas pour autant un mal imaginaire. 

Dans la longue liste des maladies mentales compilées par le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, on trouve les douleurs féminines inexpliquées pendant les relations sexuelles. La bible des psychiatres les a baptisées « trouble lié à des douleurs génito-pelviennes ou à la pénétration ». Étrangement, un tel diagnostic n’existe plus pour les hommes depuis la dernière révision du document en 2013.

« C’est controversé, mais certains diraient que c’est de la psychologisation des douleurs gynécologiques des femmes », indique Sophie Bergeron, directrice du Laboratoire d’étude de la santé sexuelle de la femme et professeure au département de psychologie de l’Université de Montréal. « Pour les hommes, on aura plutôt recours à une explication médicale. On parlera alors de douleurs pelviennes liées à la prostate, alors qu’on ne sait même pas si elles y sont vraiment liées ! »

La vestibulodynie, la douleur vulvaire la plus fréquente, touche de 8 % à 21 % des femmes en Amérique du Nord. Elle est caractérisée par une douleur à l’entrée du vagin. Pour la majorité, elle apparaît lorsqu’une pression est exercée sur la région, lors de la pénétration, par exemple.

Les scientifiques n’en connaissent pas encore les causes, mais ils soupçonnent notamment les infections vaginales à répétition de sensibiliser les récepteurs de la douleur. Une étude canadienne de 2009 laisse croire que les femmes touchées par la vestibulodynie sont plus sensibles à la douleur en général. Les muscles du plancher pelvien, excessivement tendus chez les femmes affectées, auraient peut-être aussi un rôle à jouer, tout comme des facteurs génétiques.

Lire la suite dans le numéro de mars 2017 présentement en kiosque.  

Illustration: Iris Boudreau
 

Afficher tous les textes de cette section