Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Reportages

Stade olympique: Grande tour, grands défis

Par Annie Labrecque - 29/06/2017
-

La Tour olympique s’élève au-dessus de la ville de Montréal depuis 30 ans. Pour assurer sa pérennité, elle avait besoin d’une importante mise à niveau de sa structure. Une série de travaux ont commencé en 2016 et devraient se terminer au printemps 2018, à temps pour l’arrivée des nouveaux locataires, les employés du Mouvement Desjardins. Coup d’œil sur ce chantier à nul autre pareil.


Machinerie spéciale
« Sur la façade sud de la Tour, les fenêtres sont inclinées vers le sol. Les grues n’y ont pas accès, on doit donc travailler en suspension. La compagnie de démolition a développé des équipements spécifiquement pour réaliser ces travaux. La machinerie casse les panneaux de béton et les récupère à l’intérieur de la Tour », indique Jean-Sébastien Duperval, directeur Ingénierie et gestion de projets du parc olympique.

Mur-rideau
Ce mur non porteur qui sera fait de verre, devait être remplacé car il y avait des infiltrations d’eau. Un défi de taille pour les architectes et les ingénieurs, ne serait-ce qu’en raison de la particularité des panneaux de béton qui sont courbés. « On a dû faire une extension des dalles de béton pour accueillir ce nouveau mur-rideau », explique M. Duperval.
Le mur-rideau, d’une superficie de 5 147 m2, a passé des tests de pression, d’étanchéité, de transmission thermique et de résistance aux intempéries. Ces tests ont été effectués en laboratoire avec un moteur d’avion qui simule la puissance d’une tempête !

Grue
C’est la plus haute grue au Canada ! Avec ses 220 m, il a fallu près de deux semaines pour l’installer tout près de la tour. Exceptionnellement, sa base est située à l’intérieur du Stade olympique. On a dû découper une partie de la toile pour l’y insérer.
Le grutier peut faire fonctionner la machine avec des vents allant jusqu’à 70 km/h mais, pour des raisons de sécurité, il arrête les manœuvres lorsque les vents atteignent 50 km/h.

Au sommet
Neuf antennes sont installées en haut de la Tour, dont celle de Télé-Québec.
« Pendant les travaux, l’antenne de Télé-Québec continue d’émettre, mais plus faiblement », assure Jean-Sébastien Duperval. Cela pose-t-il un danger aux travailleurs ? « Le signal est plat et horizontal, précise l’ingénieur. C’est une bande bien précise autour et au-dessus de la tour qui n’affecte pas le personnel œuvrant à l’intérieur. » Si bien qu’on songe à construire une terrasse au sommet ! Néanmoins, un protocole de sécurité a été mis en place pour le grutier. Installée à une certaine hauteur de la grue, une cage de Faraday le protégera des champs électromagnétiques, en cas d’urgence, lors de son ascension vers la cabine.
 
CHIFFRES
- 270 : Nombre de travailleurs
- 600 : Nombre d'échelons pour atteindre le sommet de la grue
- 446: Nombre de panneaux de béton démolis
- 5 tonnes : Poids du panneau de béton le plus lourd
- 165 m : Hauteur de la tour olympique, avec une inclinaison de 45°



Source: Parc Olympique

Afficher tous les textes de cette section