Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Reportages

Terre-Neuve: un peuplement chaotique

Par Marine Corniou - 05/12/2017
-
Terre-Neuve a beau être isolée, elle a été la terre promise d’au moins trois populations autochtones culturellement distinctes, arrivées en autant de vagues au cours de la préhistoire. C’est ce que révèle une étude publiée dans Current Biology par des chercheurs des universités McMaster et Memorial. On savait déjà que les premiers Autochtones avaient atteint le Labrador, il y a 10 000 ans; et Terre-Neuve, il y a 6 000 ans. On ne connaissait toutefois pas les liens de parenté entre les groupes qui s’y sont succédé: les « archaïques maritimes », les paléo-Esquimaux et les Béothuks.

Pour mieux comprendre leur arbre généalogique, les chercheurs ont prélevé de l’ADN sur des os et des dents de 74 individus issus de collections muséales, dont un adulte enterré à L’Anse Amour au Labrador il y a 7 700 ans. Ils ont découvert que les Béothuks, qui étaient présents lors de l’arrivée des Européens, ne sont pas les descendants des peuples plus anciens, contrairement à ce qu’on pensait. Il s’agit de populations génétiquement très distantes. L’analyse confirme aussi ce que les archéologues soupçonnaient : pour des raisons obscures, peut-être climatiques, l’île s’est dépeuplée pendant quelques siècles, entre 3 400 et 2 800 ans avant aujourd’hui, pour être ensuite à nouveau colonisée.

Photo: Wikimedia Commons

Afficher tous les textes de cette section