Publicité
Professions

Architecte des systèmes informatiques

17-06-2016

Louer un emplacement de camping sur internet, réserver et payer ton billet de bus avec ton cellulaire ou encore encaisser ton chèque d’anniversaire directement depuis ton ordinateur… quoi de plus simple ? Pourtant derrière ces interfaces se cachent des systèmes informatiques très complexes. Ce sont des architectes qui les conçoivent, les développent et intègrent de nouvelles composantes en réponse aux besoins du client. Ils décident quel langage de programmation utiliser ou quel logiciel installer pour assurer la bonne circulation des données.
 

Entrevue

Mathieu Juneau, architecte des systèmes informatiques
En 2010, Mathieu cofonde Nomade Solutions Mobiles, une entreprise spécialisée en développement d’applications mobiles située à Québec. Depuis, il est le directeur de la production de l’entreprise et s’occupe, entre autres, de l’architecture des systèmes informatiques pour des clients comme la Tecnic, RadioX, Orléans Express ou encore Hockey Québec.

Pourquoi as-tu décidé de t’orienter vers l’informatique ?
Je baigne dans le monde de l’informatique depuis très longtemps. Au secondaire, j’ai participé à un projet qui offrait la possibilité aux étudiants de faire du dépannage informatique. Je jouais l’assistant du professeur et réglais les éventuels problèmes : un projecteur qui ne fonctionne pas, un logiciel qui ne démarre pas… L’informatique s’est donc naturellement imposée à moi.

En quoi consiste ton travail ?
J’étudie les systèmes informatiques existants pour comprendre quels sont les besoins et les contraintes. Lorsque j’ai développé une application mobile pour Taxi Coop, j’ai cherché à comprendre le système déjà établi dans son ensemble. Lorsqu’un client décroche un téléphone, son appel est acheminé vers une centrale, puis un réceptionniste répond et entre les informations dans un système. Ce système est connecté à d’autres systèmes jusqu’au conducteur du taxi. Mon travail consiste à connecter la nouvelle application à toute cette architecture.

Qu’aimes-tu le plus dans ton métier ?
Mon travail assouvit ma curiosité scientifique. C’est tellement plaisant de plonger dans un nouveau projet et de s'introduire dans des systèmes informatiques déjà existants, je découvre l’envers du décor.

Quels sont les défis que tu rencontres ?
Je travaille parfois sur des projets dont les architectures existantes sont de mauvaises qualités. Cela engendre des coûts supplémentaires en matière de temps, d’effort et d’argent. Il faut prendre les bonnes décisions sinon les répercussions peuvent se ressentir plusieurs années après.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ta profession ?
Il faut être organisé, aimer résoudre des problèmes, avoir un esprit logique, aimer travailler en équipe et être un bon vulgarisateur.

Les clients sont-ils impliqués dans le développement du projet ?
Absolument. Les clients veulent comprendre l’architecture que je développe, mais pas dans les moindres détails. C’est le produit fini qui les intéresse. Il faut donc prendre le temps de leur expliquer. Dans le cas de Taxi Coop, l’application permet des transactions bancaires. Naturellement, le client veut connaitre les risques auxquels il s’expose.

Ton métier est-il amené à évoluer ?
Mon métier est en constante évolution. C’est un domaine actif qui nécessite de se tenir à jour régulièrement. De nouvelles technologies sortent pratiquement tous les jours et permettent de concevoir des systèmes plus flexibles. L’infonuagique (le cloud) impacte particulièrement les architectures des systèmes informatiques.
 
 

Études

Sur les bancs d’école…
Mathieu a obtenu un DEC en Science de la nature au Cégep de Sainte-Foy et un baccalauréat en génie informatique à l’Université Laval. Pendant son baccalauréat, il a cofondé une entreprise spécialisée en développement d’applications mobiles sur mesure dont il est encore aujourd’hui directeur de la production.

Au cégep :
– DEC en Sciences de la nature
– DEC en sciences informatiques et mathématiques
– DEC en technique en Techniques de l’informatique
– DEC en technologie de l’électronique (ce DEC fait partit du programme DEC/BAC Génie informatique)
ou toute autre discipline connexe.

Les conditions d’admission au baccalauréat peuvent varier selon les universités.

À l’Université :
 – Baccalauréat en Génie informatique offert dans les universités suivantes :
Université Laval, Polytechnique Montréal, Université Concordia, Université de Sherbrooke, UQAC, UQTR et Université McGill.

– Baccalauréat en Informatique et Informatique et recherche opérationnelle offert dans les universités suivantes :
Université Laval, Université Bishops, Université Concordia, Université de Montréal, Université de Sherbrooke, UQAR, UQAC, UQTR et Université McGill.

– Baccalauréat Génie des technologies de l’information offert à l’École de technologie supérieure (ÉTS)

Et après ?
Partout où il y a des systèmes informatiques, l’architecte des systèmes informatiques peut travailler : banques, hôpitaux, gouvernements fédéral et provincial, entreprises privées, grandes distributions, entreprises des secteurs de l’automobile ou des communications…
L’architecte des systèmes informatiques peut également travailler à son compte.
 
 
 
 

Publicité

À lire aussi

Professions

Climatologue

Quel temps fera-t-il dans cinquante ans ? Dans quelle région la construction d’un parc éolien serait-elle plus rentable ? Comment les échanges entre l’atmosphère et les océans influencent-ils le climat ? C'est au climatologue qu'il faut poser ces questions.
Québec Science 13-04-2015
Professions

Technologue en génie mécanique

Autrefois, chaque petit village comptait au moins un « patenteux », qui arrivait à construire des bidules uniques et originaux à partir de pièces récupérées ici et là.
Québec Science 09-09-2011
Professions

Audiologiste

Ta musique préférée, les cris des oiseaux marins, la voix de tes amis, l’alarme d’incendie, ton réveille-matin... Tes oreilles, sans cesse sollicitées, sont un sens dont tu pourrais difficilement te passer. Malheureusement, chez certaines personnes, les oreilles ne fonctionnent pas bien.
Québec Science 17-06-2014