Publicité
Professions

Biologiste marin

06-11-2014

Baleines, planctons, mollusques, quels que soient leurs objets d’étude, les biologistes marins ont tous un point en commun : leur passion pour la mer !

Ces spécialistes consacrent leur carrière à étudier la répartition des espèces marines, déterminer l’impact des activités humaines sur la mer, optimiser la production aquacole… Leur travail de chercheur n’est qu’une facette de leurs multiples activités car les biologistes marins sont aussi souvent conseillers, enseignants et gestionnaires.

L’essentiel de leur travail s’effectue en laboratoire, où ils analysent les données recueillies sur la mer ou sur les côtes et les synthétisent sous forme de rapports. Pour cela, les biologistes font appel à plusieurs disciplines : de la biologie moléculaire à l’écologie en passant par les mathématiques et la bio-informatique.

Journée type

Une journée dans la vie d'Edwin

Edwin a travaillé sur les organismes littoraux comme les algues, les moules ou les balanes. En gros, l'été se passait « sur le terrain » à recueillir des données dans un milieu côtier quelque part dans le Golfe du Saint-Laurent ; et la saison froide se passait à l'université où se faisait l'analyse des données recueillies pendant l'été.

Sur le terrain, les journées du scientifique et de ses étudiants dépendent des marées. Si celle-ci est basse à 6 heures du matin, tout le monde est prêt à travailler dès 4 heures. Pendant environ cinq heures, le biologiste supervise son équipe : prises de photos, prélèvements d’organismes, réalisation de mesures…

Comme le terrain se déroule dans la municipalité gaspésienne de Cap-Chat, la route est trop longue pour faire l’aller-retour à Québec à chaque jour, alors on loue un chalet. Mais l'après-midi, pas question de se reposer dans le chalet, ils doivent étiqueter les échantillons, les ranger et conserver les animaux dans un fixatif ou au congélateur pour réaliser des mesures (taille de la coquille, tissu, biomasse) une fois de retour au laboratoire.   
 
L'été terminé, de retour à l'université, le travail d’Edwin est différent, mais pas moins conséquent. Arrivé autour de 7 h 30, il consacre beaucoup de temps à préparer et donner ses cours de biologie marine. Au laboratoire, il rencontre ses étudiants, se renseigne sur l’avancement des recherches et épaule les jeunes scientifiques. Le travail sur les prélèvements rapportés du terrain peut durer plusieurs mois. L'an prochain, les étudiants pourront repartir sur le terrain dès le mois d’avril. Il faut alors planifier les expériences à réaliser, louer des chalets, préparer les équipements pour que tout soit prêt pour leur départ. À la tête d’une équipe de 20 personnes, le chercheur s’occupe également des demandes de subventions. Bien qu’il quitte le travail vers 17 h, Edwin reprend le travail vers 21 h chez lui pour réviser et corriger les articles de ses étudiants.

Études

Sur les bancs d’école :
Edwin Bourget a réalisé un baccalauréat en biologie puis une maîtrise en écologie marine à l’Université Laval. Durant sa maîtrise, il a étudié des communautés d’organismes littoraux et a noté que les balanes sont dominantes. Il choisit alors de faire son doctorat en biologie marine sous la tutelle du Docteur Crisp, chercheur et professeur réputé à l’Université de Wales aux pays de Galles (Royaume-Uni).

Au Cégep :
DEC en sciences de la nature (2 ans) ou DEC technique (3 ans)

À l’Université :
– Baccalauréat en biologie, écologie ou discipline connexe (3 ou 4 ans)
– Maîtrise en biologie, écologie ou discipline connexe (2 ans). Pendant ces deux années, l’étudiant est initié à la recherche et rédige un mémoire.
– Doctorat en biologie marine (3 à 4 ans)
– Stage postdoctoral à l’étranger (1 à 2 ans)

Et après ?
Le biologiste marin peut travailler dans différentes structures : centres de recherche, laboratoires, aquariums, universités en tant qu’enseignant-chercheur, entreprises privées ou dans le cadre de programmes de protection de l’environnement.

Publicité

À lire aussi

Professions

Généticien

Tu as sûrement déjà entendu parler d'organismes génétiquement modifiés (OGM), de clonage et de fécondation in vitro.
Québec Science 22-05-2014
Professions

Brasseur de bière

Le brassage de la bière est une activité à la fois artisanale et rigoureuse. Découvre la science qui se cache derrière le métier de brasseur.
Québec Science 12-03-2018
Professions

Sociologue

Le sociologue, ce spécialiste des groupes humains, va apporter un regard différent et tenter d’expliquer les phénomènes étudiés à l’aide d’observations sur le terrain, d’enquêtes, de sondages et d’entrevues.
Québec Science 02-03-2015