Publicité
Professions

Électricien

26-10-2018
Électricien

Photo : kalinovsky

Quand tout disjoncte, ne reste pas sous le choc : l’électricien saura régler le problème en un éclair!

Chauffage, éclairage, appareils… des circuits électriques se cachent dans chaque recoin de ta maison. Bien qu’utile, cet assortiment de fils et de prises peut être dangereux! C’est pourquoi seul l’électricien a le droit d’installer, de réparer, de rénover, d’entretenir ou de modifier ces installations. Armé de ses connaissances et de ses outils, il détecte les systèmes défectueux et s’assure que les normes de sécurité de l’industrie de la construction sont respectées.

Entrevue

François Miville, électricien en maintenance de bâtiment

Depuis 1 an et demi, François est électricien en maintenance de bâtiment à Montréal pour la compagnie Hydro-Québec, le principal producteur d’électricité de la province et le plus vaste réseau de transport d’électricité en Amérique du Nord.

En quoi consiste ton travail?

Comme Hydro-Québec est une grande entreprise qui possède de nombreux immeubles, je me déplace de bâtiment en bâtiment pour régler toutes sortes de problèmes. Que ce soit pour réparer une lampe, déplacer une prise de courant ou réalimenter des appareils, je suis la personne ressource. L’électricien est d’ailleurs le seul à posséder une licence pour exécuter ce genre de travaux.

Quelle place occupent les sciences dans ton travail?

Je fais beaucoup de calculs. Par exemple, si j’ai besoin d’alimenter une machine, j’effectue un calcul de charges à partir des volts et des ampères. Ça me permet de déterminer le bon type de fil et de disjoncteur à utiliser pour éviter que l’appareil ne chauffe et prenne feu.

Dois-tu parfois prendre des précautions particulières?

Je porte des gants en cuir ou en caoutchouc mince, des lunettes, un casque, des bottes et des vêtements qui me protègent des arcs électriques et du feu en cas de court-circuit.

Aussi, j’évite de travailler dehors lorsqu’il tonne et il pleut. Comme l’eau est un conducteur, je risquerais d’être électrocuté!

Quel outil utilises-tu le plus?

Mon tournevis! J’ai aussi des pinces dont les poignées sont isolées. Elles me permettent de couper en toute sécurité des fils électriques qui conduisent jusqu’à 1 000 volts.

Pour mesurer la tension et l’intensité du courant, j’utilise régulièrement mon multimètre, un petit appareil de la taille d’un téléphone. À partir de ces chiffres, je peux faire mes calculs.

Qu’est-ce qui t’a intéressé à ce domaine?

Quand j’étais jeune, je me rappelle que mon père avait un ami électricien. Ça a piqué ma curiosité, et j’ai voulu essayer. C’est un travail très manuel où on fait des mathématiques. J’aime la combinaison!

Quelles sont les qualités qui te servent le plus dans ton travail?

Il faut être débrouillard. Chaque journée est différente! Plusieurs imprévus peuvent survenir : je dois alors trouver quoi faire et comment le faire.

Il faut également être travaillant. Ce sont de longues journées exigeantes autant sur le plan mental que physique. Il faut traîner les outils, les pièces, l’escabeau… Difficile de faire tout ça si on a mal au dos!

Finalement, il est très important d’être organisé. Certains travaux se déroulent sur plusieurs jours, il faut donc prendre des notes à mesure qu’on accomplit les tâches pour prévoir les étapes à suivre. C’est un peu comme faire la cuisine! Si on veut faire un gâteau, il faut d’abord s’organiser : préchauffer le four, choisir la recette, sortir les ingrédients, etc.

Y a-t-il des côtés que tu aimes moins?

Il m’arrive de travailler dans des endroits sales ou bruyants… et quand je travaille dehors en plein hiver, c’est froid!

As-tu une anecdote comique ou surprenante à partager?

Souvent, quand les clients se plaignent qu’il n’y a pas de courant, c’est simplement parce que l’interrupteur n’est pas actionné. Je n’ai qu’à le trouver et le problème est réglé!

Journée type

Une journée dans la vie de François

À 7h le matin, François arrive au bureau. Pendant la demi-heure qui suit, ses collègues et lui se réunissent pour planifier leur journée. Électriciens, mécaniciens, plombiers, techniciens… ils sont plusieurs à coordonner les travaux.

Une fois le matériel nécessaire rassemblé, François part à la rencontre des clients qui ont besoin de son expertise. Une après l’autre, il accomplit les tâches à l’horaire en commençant par les plus urgentes. Dans une journée, il peut visiter deux ou trois bâtiments, parfois plus. Il finit sa journée vers 17h, après avoir rapporté son camion au bureau.

Études

Sur les bancs d’école…

Après 8 mois d’études intensives au Centre de formation professionnelle Pierre-Dupuy à Longueuil, François a obtenu en 2001 son DEP en électricité. Une fois sur le marché du travail, il a ensuite continué à suivre des formations, histoire de rester au fait des continuelles avancées en matière d’équipements!

Établissements offrant le programme :

  • Aviron (Québec) inc.
  • F. des Bâtisseurs – Sainte-Marie
  • F. Le Chantier
  • F.P. 24-Juin
  • F.P. Bonaventure-Paspébiac
  • F.P. de l’Outaouais – École des métiers spécialisés Asticou
  • F.P. de Sept-Îles
  • F.P. des Moulins
  • F.P. Gabriel-Rousseau
  • F.P. Jonquière – Édifice du Royaume
  • F.P. Paul-Rousseau
  • F.P. Pavillon-de-l’Avenir
  • F.P. Pierre-Dupuy
  • F.P. Qualitech
  • F.P.G. Manicouagan
  • Centre d’études professionnelles Saint-Jérôme
  • Centre intégré de mécanique industrielle de la Chaudière (CIMIC)
  • Centre intégré de mécanique, de métallurgie et d’électricité (CIMME)
  • Centre Polymétier
  • Centre régional intégré de formation (C.R.I.F.)
  • École des métiers de la construction de Montréal
  • École des métiers et occupations de l’industrie de la construction de Québec (EMOICQ)
  • École professionnelle de Saint-Hyacinthe
  • École professionnelle des métiers – Édifice Laurier
  • Institut technique Aviron de Montréal
  • Pearson Electrotechnology Centre

Et après…

Lorsque tu entres sur le marché du travail avec ton diplôme d’électricien en poche, tu possèdes le statut d’apprenti et tu dois en tout temps être chapeauté par un compagnon sur les chantiers de construction. Après 8 000 heures de travail, tu peux passer un examen pour toi-même devenir compagnon. Avec ce titre vient le droit de travailler seul, que ce soit à ton compte ou dans une entreprise de construction, de rénovation, d’entretien ou dans l’industrie manufacturière.

Publicité

À lire aussi

Professions

Optométriste

Nos yeux sont des organes précieux qui, chaque jour, sont exposés à bien des agressions : poussières, lumière du soleil, écrans…L’optométriste a pour mission de veiller à la santé de nos yeux.
Québec Science 15-02-2016
Professions

Architecte des systèmes informatiques

Avec la révolution numérique, les systèmes informatiques sont de plus en plus complexes. Nous avons donc besoin de spécialistes pour les concevoir et les développer : c'est le métier de l'architecte des systèmes informatiques.
Québec Science 17-06-2016
Professions

Hygiéniste dentaire

Rappelle-toi. La dernière fois que tu es allé chez le dentiste, tu es surement passé entre les mains de l’hygiéniste dentaire. Son travail est primordial, car une mauvaise hygiène dentaire peut avoir une conséquence sur tout ton corps !
Québec Science 20-04-2016