Publicité
Inventions de l'année 2019

E-nundation: le logiciel qui met en échec les inondations

03-10-2019

Photo: E-nundation

Et si les riverains et les municipalités pouvaient prévoir en temps réel les risques d’inondation et l’ampleur des dégâts? C’est ce que promet l’application E-nundation.

Le Richelieu en 2011, les rivières des Outaouais et de la Petite Nation en 2017, le lac des Deux Montagnes cette année : le sud du Québec a connu son lot d’épisodes de crues printanières exceptionnelles dans la dernière décennie. Chaque soudaine montée des eaux occasionne d’importants soucis aux riverains et municipalités touchés. Bonne nouvelle : ils disposeront bientôt d’un tout nouvel outil, sous la forme d’un logiciel de prévision du risque d’inondation, pour les aider dans leur lutte contre les éléments.

« E-nundation offre aux résidants, mais aussi aux municipalités et aux compagnies d’assurance, un rapport détaillé de plusieurs sources d’informations croisées qui prévoit et caractérise le risque d’inondation jusqu’à trois jours en amont. Les outils actuels, comme les cartes de zones inondables et les rares stations hydrométriques aménagées à même les cours d’eau, sont inadaptés aux situations d’urgence », explique Hachem Agili, président-directeur général de Geosapiens, une société dérivée de l’Institut national de la recherche scientifique. C’est entre les murs de cet établissement universitaire qu’a germé l’idée d’E-nundation, son produit phare, à la suite des inondations qui ont touché Saint-Jean-sur-Richelieu en 2011.

Ce qui était alors un projet pilote dirigé par le professeur Karem Chokmani, toujours engagé au sein de Geosapiens, n’a cessé de prendre de l’ampleur. Le gouvernement fédéral lui a alloué un million de dollars, par l’entremise du Programme canadien pour la sûreté et la sécurité, afin de concrétiser le logiciel. « Puis, nous avons remporté le Défi AquaHacking 2018, qui consiste à résoudre les problèmes liés à l’eau », raconte Hachem Agili, qui s’est joint à l’équipe du projet en 2015. Les 25 000 $ assortis à ce premier prix ont rendu possible le démarrage de l’entreprise. Depuis, Geosapiens a entre autres reçu une subvention du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec.

La stratégie de commercialisation d’E-nundation est simple mais efficace. « Nous avons communiqué avec des municipalités touchées par les crues printanières de 2017 et de 2019. Jusqu’à maintenant, la réponse est plutôt encourageante ; nous avons bon espoir que plusieurs utiliseront E-nundation pour faire face aux prochains épisodes d’inondation », affirme le doctorant en sciences de l’eau. Ce faisant, ces municipalités auront accès à une cartographie dynamique de l’ensemble de leur territoire à partir de laquelle elles pourront simuler divers scénarios, des plus optimistes aux plus pessimistes, et prendre les mesures adéquates. « On passe ainsi d’une culture de réaction aux évènements à une culture de prévision », dit-il.

Si tout va bien, les habitants de Montréal et de l’Outaouais pourront aussi accéder à la plateforme en ligne au courant de l’automne. « Ils n’auront qu’à donner quelques renseignements comme l’adresse postale, le type de maison et son nombre d’étages. Une fois le formulaire rempli, ils obtiendront un rapport personnalisé du risque d’inondation », détaille celui qui a reçu le prix de l’entrepreneur social 2019 de Mitacs, un organisme national de recherche sans but lucratif. De quoi éviter quelques cheveux blancs aux riverains qui appréhendent les effets des changements climatiques dans les prochaines décennies.

Comment ça marche?

  1. Une fois abonnée à E-nundation, une municipalité a accès à une carte colorée par les données liées aux risques d’inondation. Celles-ci sont de sources multiples : prévisions du débit de la rivière établies par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, topographie du terrain, emplacement des installations, etc.
  2. D’un simple coup d’œil, les autorités ciblent les secteurs les plus à risque et coordonnent mieux leurs interventions. Routes à fermer, zones à évacuer, nombre de sacs de sable à utiliser pour protéger des bâtiments : l’application détaille les mesures à prévoir.
  3. Un abonnement à E-nundation permet aux citoyens de connaître la probabilité d’être touchés par le sinistre, les niveaux d’eau qui seront atteints de même que les dommages pécuniaires estimés en cas d’inondation.
  4. Cette dernière information profite aussi aux compagnies d’assurance. Grâce à E-nundation, elles pourront déterminer les primes des sinistrés de manière fiable plutôt que de simplement refuser de les assurer, faute de connaissances sur la nature du risque.

Publicité

À lire aussi

Inventions de l'année 2019

Podform 3D: une appli pour révolutionner les orthèses

À partir d’une vidéo filmée avec un téléphone, la technologie de Bodyform 3D permet de commander une orthèse plantaire parfaitement ajustée.
Inventions de l'année 2019

SonX: pour préserver l’ouïe des travailleurs

Un appareil créé par la PME Eers protège les travailleurs des bruits excessifs tout en permettant les échanges entre collègues.
Inventions de l'année 2019

eQuiet: des bouchons d’oreille intelligents pour chevaux

En révolutionnant les bouchons d’oreille pour chevaux, la jeune entreprise Ossicles pourrait aussi prévenir des maladies.