Publicité
Société

Un chercheur empoisonne son collègue au labo

14-02-2019

Photo: Shutterstock

Une histoire pour le moins inusitée s’est déroulée dans une université canadienne.

Un chercheur qui était jusqu’à récemment en poste à l’Université Queen’s, en Ontario, passera sept années en prison pour avoir empoisonné à plusieurs reprises son collègue de laboratoire.

La victime et son bourreau, Zijie Wang, effectuaient tous les deux un stage postdoctoral au département de chimie au moment des faits. Ils ont même déjà été colocataires.

Dans son témoignage, rapporté par le journal interne de l’établissement universitaire, le jeune chercheur empoisonné a raconté le premier épisode suspect, datant de janvier 2018. Une pointe de tarte aux pommes, dans sa boîte à lunch, avait une drôle d’amertume. Il a été pris de vomissements et de diarrhées peu de temps après y avoir goûté.

Dans les semaines suivantes, ce même goût étrange avait imprégné une autre tarte aux pommes, une brioche et de l’eau consommées à l’université.

Grâce à une caméra installée pour appréhender le suspect, la victime a découvert que Zijie Wang injectait une substance dans sa nourriture.

Il s’agissait de n-nitrosodiméthylamine (NDMA), un composé toxique parfois utilisé en recherche médicale. Cette même substance a d’ailleurs causé la mort d’un étudiant chinois, en 2013, à Shanghai, lui aussi empoisonné par son colocataire.

Au cours du procès, qui a eu lieu l’automne dernier en Ontario, le chercheur pris pour cible s’est dit inquiet de développer un cancer. La NDMA est en effet considérée comme probablement cancérigène pour l’humain par Santé Canada, puisqu’elle provoque des cancers, même à faible dose, chez différents animaux de laboratoire.

Le seuil de génotoxicité, à partir duquel la substance entraîne des lésions dans l’ADN, n’est toutefois pas connu chez l’humain. Mais des études épidémiologiques ont révélé un lien entre certains cancers et l’exposition à la NDMA, qui se retrouve parfois dans l’air, dans l’eau et dans certains aliments, notamment à proximité de secteurs industriels.

S’il avait ingéré la substance, le directeur de la Chaire en prévention et traitement du cancer de l’Université du Québec à Montréal, Richard Béliveau, serait-il inquiet pour sa santé ? « Par rapport à tous les éléments qui peuvent causer un cancer, cet épisode ne serait pas mon inquiétude principale, assure-t-il. Des chercheurs ont calculé qu’un corps humain produit un million de cellules précancéreuses par jour et la majorité sont éliminées naturellement. Il est possible qu’une des cellules mutées par la nitrosamine survive et devienne cancéreuse, mais la victime ne pourra jamais le savoir avec certitude. »

Elle ne saura non plus jamais pourquoi son ancien collègue a tenté de l’empoisonner, puisqu’il n’a pas fourni d’explications au procès, où il a plaidé coupable.

Un cas québécois

Cette histoire sordide rappelle un épisode québécois survenu dans les années 1970. Un étudiant en parasitologie de l’Université McGill avait alors ajouté dans la nourriture de ses quatre colocataires des œufs de vers parasites Ascaris suum.

Une dizaine de jours plus tard, les victimes se sont tour à tour rendues au service des urgences en raison de graves problèmes respiratoires, puisque les vers se logeaient dans leurs poumons.

Deux étudiants ont failli mourir, a relaté leur médecin au Beaver County Times. Tous s’en sont néanmoins tirés, même le suspect, Eric Kantz, qui était d’origine américaine. La preuve contre lui s’est révélée insuffisante au procès.

Le bon côté des choses ? L’histoire a permis d’apprendre que le parasite, connu pour ses ravages chez les porcs, pouvait également affecter l’humain. Un article de 1972 paru dans The New England Journal of Medicine détaille la découverte fortuite.

Publicité

À lire aussi

Culture

Le meilleur de la culture scientifique – juin 2018

Voici ce qui a retenu l'attention de notre journaliste dans le monde culturel: une balado sur la conquête de la Lune, un documentaire sur le dépérissement de la Grande barrière de corail, une exposition immersive ainsi que deux suggestions de livres.​
En partenariat avec le Réseau Trans-tech
Société

Des entrepreneurs innovent grâce à la recherche

Innover est devenu incontournable, mais les entrepreneurs ne savent pas 
toujours comment s’y prendre. Et si le Réseau Trans-tech venait en renfort ?
Martine Letarte 02-06-2018
Société

Le chocolat, un plaisir apprécié depuis plus de 5 000 ans

Il y 5 450 ans, on exploitait déjà le cacao en Amazonie, selon une nouvelle étude.
Annie Labrecque 30-10-2018