Publicité
Encyclo

Cracheurs de feu

08-05-2014

Les volcans en éruption crachent souvent un liquide orangé extrêmement chaud qui peut atteindre 1200 °C : la lave. Avant d’être expulsée à la surface, cette roche en fusion parcourt un long chemin.

À des dizaines, voire des centaines, de kilomètres sous la surface de la Terre, dans le manteau terrestre, la température est très élevée. Il fait si chaud que la roche fond. Une fois rendue liquide et mélangée à différents gaz, elle forme ce qu’on appelle le magma. Comme il est moins dense que la roche solide qui l’entoure, le magma remonte peu à peu vers la croûte terrestre en passant par des fissures. À quelques dizaines de kilomètres sous nos pieds, des masses de magma s’accumulent et forment de grands réservoirs ; ce sont les chambres magmatiques. Celles-ci peuvent atteindre un volume de plusieurs dizaines de kilomètres cubes.

Lors d’une éruption volcanique, le magma contenu dans les chambres remonte jusqu’à la surface et est éjecté hors du volcan. Ce sont les bulles de gaz formées dans le magma qui poussent le liquide très vite à la surface. Il se passe la même chose quand tu brasses une canette de boisson gazeuse et que tu l’ouvres : les bulles piégées dans le liquide s’échappent rapidement dès qu’elles en ont l’occasion. Les belles coulées couleur de feu qui résultent d’une éruption volcanique sont appelées lave. Au contact de l’air ambiant beaucoup plus froid, la lave s’épaissit puis se solidifie pour former de la roche.

Les volcans ne crachent pas uniquement de la lave. Certains éjectent des projections solides appelées pyroclastites. Les cendres définissent les plus fines particules alors que les plus gros fragments de roches sont qualifiés de bombes. Les lapilli se situent entre les deux : ce sont de petites pierres de quelques millimètres de diamètre. Ces volcans de type explosif peuvent causer d’importants dommages aux populations environnantes. Lors des éruptions, ils peuvent émettre dans l’air tellement de cendres et de gaz qu’un panache volcanique se forme. Cet immense et dense nuage grisâtre peut empêcher les rayons du soleil de passer (comme lors de l’éruption du Pinatubo aux Philippines en 1991) ou encore forcer la fermeture de l’espace aérien (comme en 2010, quand le volcan islandais Eyjafjöll est entré en éruption).

Parfois, les volcans n’émettent que des gaz, principalement constitués d’eau et de sulfates mais aussi d’ammoniaque et de méthane. Ces volcans ont une faible activité.
Heureusement, certaines techniques permettent aujourd’hui de prévoir les éruptions et d’évacuer les gens à temps. Des géologues surveillent attentivement les volcans pour prévenir les catastrophes.

Sur le même sujet :

Notre portrait du métier de volcanologue
Notre portrait du métier de géophysicien

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Pergélisol : un autre obus climatique ?

Le sol gelé depuis des millénaires est en train de dégeler. Toute la matière organique qu'il contient se décompose et est libérée sous forme de GES... plus vite qu'anticipé!
Québec Science 22-07-2019
Encyclo

Des protéines bien collantes

Depuis quelques années le gluten est devenu l’ennemi public n°1. Pourtant, seulement une personne sur cent serait réellement atteinte d’intolérance . Que penser de cette mode du régime « sans-gluten » ?
Québec Science 16-10-2015
Encyclo

Les bossus du désert

Le chameau et le dromadaire se ressemblent énormément. En fait, on considère le dromadaire, d’Arabie et d’Afrique du Nord, comme étant une variété de chameau à une seule bosse (le chameau de Bactriane, asiatique, en a deux). On nomme d’ailleurs aussi le dromadaire chameau d’Arabie.
Québec Science 08-05-2014