Publicité
Encyclo

La SLA bientôt vaincue ?

09-01-2020

Photo: everett225@depositphotos.com

Pour son édition 2019, notre dossier des Découvertes de l’année s’offre une cure de jeunesse! En plus des textes réguliers de nos journalistes, nous avons demandé à des élèves de la quatrième année du secondaire du Collège Sainte-Anne de Lachine de nous présenter à leur façon les découvertes primées.
La science d’ici vue par les jeunes d’ici!

La sclérose latérale amyotrophique, ou SLA, est une maladie neurodégénérative tristement célèbre. Des milliers de personnes, dont le fameux Stephen Hawking, en sont décédées. La SLA est liée à la perte des neurones qui relient le cerveau aux muscles. La personne affectée perd graduellement le contrôle de ses muscles volontaires, puis de ses muscles involontaires. Elle perd la capacité de marcher, de parler et de manger. Elle finit par ne plus pouvoir respirer et meurt. En moyenne, les patients survivent de trois à cinq ans après le début des symptômes; effrayant.

Cette maladie affecte actuellement 3 000 Canadiens, dont 1 000 en meurent chaque année. Plusieurs levées de fonds sont organisées pour lutter contre la SLA, comme le “Ice Bucket Challenge” et l’événement “Roulez pour Vaincre la SLA”. À présent, cette maladie est incurable et les rares traitements n’arrivent qu’à ralentir légèrement sa progression. Cependant, après près de trente ans de recherches, les découvertes récentes de l’équipe du professeur Jean-Pierre Julien apportent de l’espoir!

L’équipe de chercheurs affiliés à l’Université Laval de Québec a découvert qu’à l’intérieur des neurones, une protéine nommée TDP-43 formait des agrégats, c’est-à-dire des amas, avec une autre protéine. Ils ont remarqué qu’une accumulation trop importante de ces agrégats dans les neurones déclenche une chaîne de réactions menant à leur mort.

Les chercheurs ont mis au point un anticorps capable de bloquer l’interaction entre la protéine TDP-43 et cette autre protéine! L’anticorps prend la place de la protéine qui s’accrochait à la TDP-43 et empêche la chaîne de réactions. Chez des souris présentant la SLA, ils ont observé une amélioration importante des performances cognitives et motrices.

« La recherche en général est progressive, explique le Dr. Jean-Pierre Julien. On avance dans nos connaissances scientifiques un peu à la fois mais il arrive que l’on fasse parfois un grand bond. »

Cette nouvelle forme de thérapie est effectivement un bond incroyable! Elle pourrait éventuellement aider les 200 000 personnes frappées par cette maladie dans le monde. D’autant plus que les agrégats de protéines qui causent la SLA ne sont pas liés seulement à cette maladie. Ils sont présents dans plusieurs autres maladies neurodégénératives, tel que l’Alzheimer, le Parkinson et le Huntington. La nouvelle immunothérapie de l’équipe de Jean-Pierre Julien pourrait être la première étape vers un antidote pour toutes ces maladies!

« C’est extrêmement valorisant de penser que notre découverte puisse un jour mener à un médicament pour une maladie aussi terrible que la SLA. Cela m’encourage à persévérer » énonce Jean-Pierre Julien.

Le professeur a bon espoir que dans trois à cinq ans, son équipe aura testé ce traitement sur des humains et qu’ils pourront créer un vaccin préventif efficace.

 

Auteurs: Keira Gagné, William Lemoyne, Brian Akio Mitrasca, Sofia Rigas, Miranda Sammut, Elizabeth Savchenko et Anthony Sarchese.

 

Lisez la présentation de cette découverte par l’équipe de Québec Science.

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Quand les ordis sortent leurs pinceaux

L’intelligence artificielle arrive à imiter les grands peintres pour créer de nouveaux tableaux.
Québec Science 17-05-2019
Encyclo

Décrypter les visages

À l’aéroport de New York, une caméra filme et analyse les traits faciaux des voyageurs. Le but : détecter le moindre signe suspect. Ce n’est pas la première fois que les micro-expressions du visage sont étudiées pour dévoiler nos pensées les plus profondes.
Québec Science 19-06-2015
Encyclo

À chacun son médicament

Tu es unique. Non, ce n’est pas ta mère qui te le répète pour la centième fois, mais plutôt la médecine, qui réalise de plus en plus que chaque individu est distinct.
Québec Science 10-07-2014