Publicité
Encyclo

Le charme fou des espèces envahissantes

24-04-2020

Image : EcoPic @ depositphoto

Un animal beaucoup trop mignon, une jolie fleur… Et si ces réactions que nous avons face à certaines espèces étaient nocives pour la biodiversité ? C’est ce qu’il s’est passé en Italie en 1997 lorsque l’écureuil gris d’Amérique du Nord (oui, celui de nos régions ici !) a été introduit. Il menaçait les populations d’écureuils roux indigènes. Des chercheurs ont sonné l’alarme et ont tenté de freiner l’établissement de cet écureuil. Mais des militants pour la défense des animaux, trouvant l’animal mignon, ont protesté contre le plan, allant jusqu’à intenter un procès contre l’université des chercheurs. Quand l’équipe de scientifiques a gagné le procès quelques années après, il était trop tard et l’écureuil gris était déjà largement installé dans la région.

Cet exemple est très évocateur d’un phénomène mis en évidence par des biologistes : le charisme des espèces envahissantes.  Originaires d’une autre partie du monde, des espèces deviennent envahissantes lorsqu’elles nuisent aux espèces locales de la région. Aujourd’hui, les espèces envahissantes sont même la deuxième cause de la perte de la biodiversité. Mais si elles sont trop mignonnes, leur invasion peut être facilitée par l’humain!

Par exemple, certains relâchent des poissons d’aquarium dans l’environnement, pratique  responsable de près d’un tiers des espèces exotiques envahissantes les plus nocives écologiquement et économiquement au niveau mondial. Or, ces espèces sont principalement choisies au départ pour leur apparence, tout comme de nombreuses espèces végétales ornementales de nos parcs et jardins. Il y a donc plus de chance que ces espèces s’établissent dans l’environnement.

Heureusement, les biologistes de la conservation surveillent les invasions et mettent en place des actions pour les limiter. Cependant, ces mesures ne seraient pas également instaurées selon le charisme de l’espèce. Ainsi les plans de lutte biologique contre une espèce envahissante “populaire” sont élaborés et appliqués plus difficilement. Comme en Italie, les scientifiques font parfois face à l’opposition du grand public !

Autre exemple très emblématique, cette fois en Colombie : au début des années 1980, le chef de cartel Pablo Escobar a importé illégalement 4 hippopotames pour un zoo privé. Après sa mort, ces animaux se sont installés dans les environs et s’y sont reproduits. Malgré les effets négatifs sur les écosystèmes locaux, un contrôle de la population d’hippopotames n’a jamais pu être appliqué, à cause d’une forte opposition de la population. Aujourd’hui, ils sont devenus un atout économique et touristique, au détriment de l’équilibre de l’écosystème.

Selon les biologistes, il faudrait donc évaluer le charisme des espèces dans les études de gestion des espèces envahissantes. À ton échelle tu peux faire quelques gestes pour limiter l’introduction d’espèces exotiques, mais surtout renseigne-toi sur la biodiversité de ta région, en la connaissant, tu pourras mieux la protéger.

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Pourquoi la science est-elle fiable ? (2/3)

Les avions volent, on guérit certains cancers, nos disques durs contiennent des tonnes d’informations... De toute évidence, la science ne fonctionne pas trop mal. Mais qu’est-ce qui rend la science si fiable? Comment se construit-elle? Deuxième de trois articles.
Québec Science 27-02-2019
Encyclo

Fabriquer sa propre vitamine D?

La vitamine D n’est pas surnommée «vitamine soleil» pour rien : tu la produis toi-même en présence de rayons UV. Si c’est tâche facile en été, l’hiver est-il quant à lui synonyme de carence?
Québec Science 01-02-2019
Encyclo

Fourmis fourbues

En Pologne, des zoologues ont découvert une étrange colonie de fourmis dans une cache d’armes nucléaires abandonnée. Leur survie tient du miracle, leur vie, du cauchemar.
Québec Science 14-06-2019