Publicité
Encyclo

Un contrepoids de poids

11-05-2014

Des ascenseurs plus que centenaires installés dans les vieux immeubles de Paris, à ceux ultrarapides des gratte-ciel de New York, tous les ascenseurs électriques fonctionnent de la même façon. Ils sont plus rapides, plus sécurisants qu’avant, mais peu de choses ont changé depuis leur invention en 1880.

Pour soulever une cage dans les airs, on se base sur un système de contrepoids. Cela se passe comme lorsque tu joues sur une balançoire à bascule. Tu t’élèves dans les airs lorsqu’un contrepoids, ton partenaire, s’assied de l’autre côté.

La cabine de l’ascenseur monte et descend le long des rails de guidage. Pour la faire bouger, on y accroche des câbles d’acier, très solides. Ils passent par une ou deux poulies accrochées en hauteur, qui tournent autour d’un axe. On place des poids à l’autre extrémité des câbles, exactement comme pour la balançoire. Quand l’ascenseur est en haut, les lourdes dalles sont en bas. Quand l’ascenseur est en bas, les dalles sont en haut. C’est aussi simple que ça !

C’est un moteur électrique, installé en général au-dessus de la cabine, qui fait tourner les câbles. Quand tu appuies sur le bouton, le moteur se met en marche, fait tourner l’axe de la poulie, et met en branle le mouvement de descente ou de montée de la cabine.

Et pour te permettre de monter des étages en toute sécurité, il ne reste plus qu’à ajouter un petit détail. Un frein ! Elisha Otis l’a inventé en 1851. A cette époque, il n’y avait pas encore de moteur et la cabine était soutenue par un seul câble. Il fallait pouvoir stopper la cabine au cas où ce câble casserait…

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Les sables mouvants, un réel danger?

Une victime est happée par des sables mouvants, son corps s’enfonçant irrémédiablement… Ce scénario d’horreur a été exploité dans bien des films, mais est-il représentatif de la réalité?
Québec Science 14-12-2018
Encyclo

Les orbites : de grandes routes spatiales

Les astres de notre système solaire sont forcés de suivre des trajectoires bien établies que l’on nomme orbites. Pourquoi ? Elles sont retenues par la force gravitationnelle exercée par le Soleil.
Québec Science 08-05-2014
Encyclo

Un peu trop haut, un peu trop loin…

Tu crois être en forme pour conquérir les sommets des plus hautes montagnes ? Pourtant, tout prêt du sommet, te voilà essoufflé au moindre effort, ton estomac se rebelle et ta tête menace d’exploser. C’est le mal des montagnes ! Si tu vises des sommets de plus de 2 500 mètres, comme ceux de la chaîne de l’Himalaya, tu as de fortes chances d’éprouver ces malaises.
Québec Science 09-05-2014