Publicité
Encyclo

Une « perte de temps » essentielle

11-05-2014

Chaque soir, c’est la même chose. Soit tes parents t’obligent à aller au lit, soit tu t’écroules de fatigue. Quelle perte de temps ! Tout ça pour récupérer et refaire le plein d’énergie, dit-on. Mais on pourrait très bien obtenir le même résultat en s’étendant et en relaxant, non ? Pourquoi cette espèce d’inconscience nocturne ? Il s’agit de l’une des plus grandes énigmes scientifiques. Et pour qu’on passe autant de temps à dormir, il doit y avoir une fichue bonne raison. D’autant plus que le sommeil exposait nos ancêtres préhistoriques à des risques immenses. Penses-y : un homme des cavernes profondément endormi alors que des fauves affamés rôdent dans les environs…

Pour échapper à de tels risques, les proies ont généralement des épisodes de sommeil plus courts que les prédateurs. Observe un oiseau dormir : il ouvre fréquemment les yeux, prêt à s’envoler à tout instant si jamais un prédateur surgit… L’être humain, par contre, semble avoir toujours dormi à poings fermés. Tant pis pour le danger, c’est une question de survie !

Eh oui, de survie ! Privé de sommeil durant plusieurs jours, tu finirais par mourir. D’ailleurs, on tient plus facilement le coup sans manger que sans dormir. Les scientifiques voudraient bien comprendre… Ils ont au moins une piste : le cerveau profiterait du sommeil pour faire du ménage. Hop ! On se débarrasse des informations superflues accumulées durant la journée et on classe les autres.

Chose certaine, pendant que tu sembles végéter, ton cerveau, lui, n’arrête jamais…

Sur le même sujet : 

Dodo, les animaux !

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Le tour de l’horloge

Le rythme circadien, l’horloge individuelle des êtres vivants, influence toute une gamme de fonctions biologiques, incluant la « paresse » des adolescents.
Québec Science 11-06-2019
Encyclo

Un nouveau souffle pour la production électrique

Savais-tu que les Québécois sont parmi les plus grands consommateurs d’électricité au monde ? Cette énergie est principalement d’origine hydraulique, mais le Québec a aussi un grand potentiel pour produire de l’électricité à partir de l’énergie éolienne.
Québec Science 28-08-2015
Encyclo

Ni chauves, ni souris

Les chauves-souris sont de drôles de bêtes. On les a bien mal nommées : elles ne sont ni chauves, ni souris. Au contraire, leur petit corps est recouvert de fourrure et elles ne sont même pas des rongeurs. Elles appartiennent au groupe des chiroptères, mot inspiré du grec qui signifie « main ailée ».
Québec Science 08-05-2014