Publicité
Inventions de l'année 2019

eQuiet: des bouchons d’oreille intelligents pour chevaux

03-10-2019

Photo: Pixabay

En révolutionnant les bouchons d’oreille pour chevaux, la jeune entreprise Ossicles pourrait aussi prévenir des maladies chez ces animaux.

Lorsque le cheval piaffe, regarde ses flancs ou se couche à répétition, il est souvent trop tard : il souffre de « coliques », un douloureux trouble digestif potentiellement fatal. Les propriétaires et les entraîneurs pourraient bientôt prévenir cette situation à l’aide de données enregistrées par un bouchon d’oreille nouveau genre : l’eQuiet.

Passionné de chevaux, l’ingénieur du son Daniel Ferland se consacre à cette invention depuis le moment où il a assisté à une compétition hippique au parc équestre de Blainville en 2014. Ce jour-là, la construction dans le voisinage et des enfants turbulents dans les gradins déconcentraient et stressaient les bêtes. Un professeur d’équitation lui a alors demandé si de meilleurs protecteurs auditifs auraient pu changer la donne.

Photo: eQuiet

À l’affût des avancées en matière d’écouteurs antibruits, Daniel Ferland s’attaque au problème. Avec l’aide d’audiologistes, il conçoit d’abord un bouchon qui épouse adéquatement la forme du conduit auditif du cheval, question de diminuer de 25 à 40 décibels le bruit entendu par l’animal, comparativement à 5 décibels pour les bouchons traditionnels.

En le dotant de microphones interne et externe, qui permettraient aux utilisateurs de moduler l’atténuation du son, il profite de l’occasion pour y insérer un gyroscope, un accéléromètre et un GPS pour mesurer les performances des chevaux à l’entraînement. Mais surtout, des capteurs biométriques donnent de nouveaux indices sur l’état de santé de l’animal, notamment des modifications de la température et du rythme cardiaque avant-coureurs de coliques.

« L’idée est de se rendre compte que le cheval ne va pas bien avant que les symptômes se manifestent », explique celui qui a fondé l’entreprise Ossicles. Les microphones intraauriculaires, en captant la respiration sans les distorsions provoquées par des bruits extérieurs, pourraient par ailleurs détecter un emphysème. L’entreprise travaille avec Mathilde Leclère, professeure à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal spécialisée dans les maladies respiratoires équines, pour valider les données amassées.

Daniel Ferland montre une photo de son premier modèle installé sur un cheval avec une multitude de « fils qui dépassent ». « J’ai vite réalisé que ce n’est pas le genre de travail qu’on peut faire dans un garage. » Il commence dès lors à s’entourer. Par l’entremise d’un projet financé par la compagnie de télécommunications Ericsson et l’organisme sans but lucratif Mitacs, il obtient l’aide d’étudiants en génie électrique de l’École de technologie supérieure pour miniaturiser son dispositif.

Pour analyser des données à l’aide de l’intelligence artificielle, il intègre en janvier 2019 la première cohorte montréalaise de l’incubateur Next AI. En entraînant la machine avec des données issues de la littérature scientifique et d’autres enregistrées par l’appareil, « on peut déjà déceler des anomalies », souligne Abdhallah Bari, embauché depuis comme directeur scientifique de la jeune entreprise. Ce dernier cherche maintenant à ce que les données soient traitées en temps réel dans le bouchon même, sans avoir à les envoyer dans l’infonuagique, question d’analyser l’information au grand galop!

Comment ça marche?

  1. Un bouchon en mousse de la forme du conduit auditif du cheval renferme des microphones interne et externe pour atténuer le son entendu par l’animal.
  2. En plus des microphones, d’autres capteurs, dont un oxymètre, un accéléromètre et un gyroscope, recueillent des informations.
  3. Les données sont envoyées dans l’infonuagique, où elles sont regroupées et analysées par l’intelligence artificielle.
  4. Une application mobile affiche les signes vitaux de l’animal, ainsi que sa vitesse et son nombre de foulées lors d’un entraînement, en plus de reconstituer son parcours.
  5. L’intelligence artificielle fait des prévisions sur la performance du cheval en compétition ou sur sa santé, voire lancera une alerte en cas d’urgence.

Vous n’avez pas la berlue : nous avons bien inclus deux technologies liées à l’audition dans notre sélection ! Une coïncidence qui s’explique peut-être par le fait que ces entreprises ont un certain lien de parenté. Au cours de nos entrevues, nous avons appris que Daniel Ferland a d’abord proposé le concept de ses protecteurs auditifs pour chevaux à Nick Laperle, qui l’a plutôt encouragé à poursuivre le travail sur son projet − tout en devenant son mentor. Comme quoi ils étaient faits pour s’entendre !

Publicité

À lire aussi

Inventions de l'année 2019

10 inventions québécoises qui décoiffent

Ces technos ont l’ambition de rendre notre monde plus intelligent, plus vert et plus efficace.
Québec Science 03-10-2019
Inventions de l'année 2019

Vyoo: le futur Google de la recherche en 3D

Cette technologie fait entrer les moteurs de recherche dans une nouvelle dimension.
Inventions de l'année 2019

Podform 3D: une appli pour révolutionner les orthèses

À partir d’une vidéo filmée avec un téléphone, la technologie de Bodyform 3D permet de commander une orthèse plantaire parfaitement ajustée.