Publicité
Inventions de l'année 2019

Vyoo: le futur Google de la recherche en 3D

03-10-2019

Une partie de l’équipe derrière Vyoo: Lionel Le Carluer, Sherif Abuelwafa, Danaë Blondel et Laurent Juppé. Photo: Vyoo

Des entrepreneurs français se sont installés au Québec pour mettre au point une technologie qui fait entrer les moteurs de recherche dans une nouvelle dimension.

En randonnée dans une forêt néo-zélandaise en 2012, Danaë Blondel se retrouve devant une espèce d’arbre qu’elle ne reconnaît pas. La juriste de formation et cavalière émérite tente de le décrire avec des mots dans un moteur de recherche. Ce dernier affiche… plus d’un million de résultats ! Elle se dit qu’il aurait été intéressant de pouvoir l’identifier avec une simple numérisation réalisée à l’aide de son téléphone intelligent.

C’est ainsi que lui vient l’idée de créer un moteur de recherche visuel 3D. Son conjoint, Lionel Le Carluer, suspend sa carrière en finance pour mener à bien avec elle ce projet. Le couple d’origine française s’associe à Laurent Juppé, qui concevait des technologies d’animations 3D en temps réel pour la télévision et les jeux vidéos. Ils lancent ensemble l’entreprise Applications mobiles Overview en France, où ils mettent au point un prototype baptisé Vyoo. Puis, ils font un voyage déterminant au Québec. Ils y trouvent de potentiels soutiens financiers, mais surtout une expertise universitaire en apprentissage automatique et en vision numérique cruciale pour atteindre leurs objectifs. Les trois cofondateurs s’incorporent, transfèrent leurs activités et déménagent à Montréal en 2017.

« Le Québec nous a permis d’aller trois fois plus vite », assure Lionel Le Carluer, rencontré dans un local de l’accélérateur d’entreprises Centech, affilié à l’École de technologie supérieure. La jeune pousse d’une quinzaine d’employés vient d’y achever un accompagnement de deux ans dans le programme Propulsion. En collaboration avec Denis Laurendeau, professeur spécialisé en vision numérique à l’Université Laval, la PME a élaboré un réseau de neurones artificiels pour apprendre à partir des formes géométriques de base. L’intelligence artificielle (IA) décompose ainsi les contours, les volumes et les dimensions afin de reconnaître les objets.

Pour perfectionner son outil, l’entreprise en démarrage collabore avec des partenaires selon leurs besoins. Plusieurs applications sont actuellement testées : la reconnaissance de pièces industrielles dans le secteur manufacturier ; l’inventaire dans des bâtiments pour assurer la traçabilité du matériel dans le domaine de la construction − notamment pour comparer les plans avec leur réalisation physique ou améliorer le recyclage et le réemploi de matériaux lors d’une démolition ; la mesure corporelle pour des besoins relatifs à la santé ; et la géolocalisation et l’évaluation de nids-de-poule pour les services de voirie.

L’entreprise s’affaire en parallèle à concevoir une IA capable de détecter certains fichiers, lors d’un usage destiné à une imprimante 3D, afin de bloquer une production matérielle interdite. Le filtre pourrait ainsi freiner l’impression d’objets protégés par une propriété intellectuelle ou ceux qui posent un risque à la sécurité, comme les composants d’une arme à feu.

Est-ce qu’il est désormais possible de balayer un arbre avec la caméra de son téléphone pour en déterminer la nature ? Pas pour l’instant, admet Lionel Le Carluer, puisqu’en matière arboricole les bases de données ne possèdent pas suffisamment d’éléments comparables. Même si la technologie est pour le moment affectée au milieu industriel, l’entreprise n’abandonne pas pour autant le rêve qui a donné naissance à Vyoo : celui de devenir à terme le Google de la recherche visuelle en trois dimensions.

Comment ça marche?

  1. Avec des données fournies par des lidars ou la caméra d’un téléphone intelligent, un logiciel procède par photogrammétrie et reconstruit en un nuage de points tridimensionnels l’objet numérisé pour déterminer ses dimensions, son volume et ses contours.
  2. La grande innovation entre ensuite en jeu : l’IA reconnaît l’objet, soit en comparant le nuage de points à d’autres, identiques ou similaires, dans une base de données, soit en le décomposant en formes géométriques de base pour déduire son identité.
  3. Une IA plus classique effectue une interprétation des données ou une analyse prédictive selon des besoins commerciaux ou industriels. Elle peut, par exemple, signaler des différences entre une pièce neuve et une pièce usée dans le domaine manufacturier, ou entre un plan virtuel et sa réalisation concrète dans le secteur de la construction.

Publicité

À lire aussi

Inventions de l'année 2019

Streamline Genomics: pour une médecine véritablement personnalisée

La plateforme Streamline Genomics simplifie l'analyse de la signature génétique des maladies comme les cancers.
Maxime Bilodeau 03-10-2019
Inventions de l'année 2019

Xpulsion: un carburant vert pour les fusées

Alors que l’industrie spatiale est en pleine mutation, ACSYNAM concocte un carburant moins nocif pour l’environnement et la santé des travailleurs.
Alexis Riopel 03-10-2019
Inventions de l'année 2019

Pyrocycle: la chimie pour recycler nos cellulaires

Passez des appareils électroniques au broyeur et vous obtiendrez une poudre grise. Un véritable trésor, selon Pyrocycle.