Publicité
Les 10 découvertes de 2014

Les 10 découvertes 2014

23-12-2014

Notre dossier des découvertes de l’année est un rendez-vous unique avec le meilleur de la science québécoise. Le meilleur? Aux yeux de notre jury, du moins. Avec les critères que nous nous sommes fixés: chacune de nos découvertes doit avoir fait l’objet d’un article dans une publication reconnue, elle doit avoir été annoncée entre le 1er novembre 2013 et le 31 octobre 2014 et… elle doit susciter l’étonnement.

Les 10 lauréats de cette année:

Notre jury cette année:

Xavier Roucou, professeur au département de biochimie de l’Université de Sherbrooke et auteur de la découverte – Prix du public 2013; Mathieu Picard, professeur adjoint au département de génie mécanique de l’Université de Sherbrooke; Vincent Allaire, agent pour les médias au Centre canadien science et médias; Robert Lamontagne, chercheur au département de physique de l’Université de Montréal et directeur exécutif de l’Observatoire du Mont-Mégantic; Chantal Srivastava, journaliste au magazine Les années lumière à Radio-Canada; Normand Voyer, professeur au département de chimie de l’Université Laval. Et l’équipe de Québec Science, Pierre Sormany, Raymond Lemieux, Joël Leblanc, Marine Corniou et Dominique Forget.
Illustration: Anthony Tremmaglia

Publicité

À lire aussi

Les 10 découvertes de 2014

[10] Comme les coquillages

En gravant de toutes petites fissures dans le verre, des chercheurs ont réussi à en augmenter la résistance. Une idée qu’ils ont empruntée aux coquillages.
Québec Science 03-12-2014
Les 10 découvertes de 2014

[6] Une manne de cellules souches

On vient d’identifier une molécule qui stimule la multiplication des cellules souches contenues dans le sang de cordon. À la clé? Des greffes plus simples et plus nombreuses pour soigner les patients atteints de leucémie ou d’autres cancers du sang.
Marine Corniou 03-12-2014
Les 10 découvertes de 2014

[2] Un ange gardien contre l’alzheimer

La maladie d'Alzheimer est liée à un problème de cholestérol. C'est en suivant cette théorie que des chercheurs ont découvert un gène qui réduit de moitié le risque de démence et pourrait permettre de retarder l'apparition des symptômes.
Marine Corniou 03-12-2014