Publicité
Encyclo

Dans les bras de Morphée

08-05-2014

Une autre journée s’achève. Tu te glisses sous les couvertures et tu fermes les yeux. Tu sens le sommeil te gagner. Tes pensées vont et viennent. Tout devient de moins en moins cohérent. Tu as l’impression de flotter. Parfois, tu éprouves la sensation de tomber dans le vide et tu t’éveilles en sursaut. Normal : tu n’es qu’au stade 1 du sommeil lent, le plus léger d’entre tous. Si rien ne vient troubler ta détente, tu atteindras le stade 2. Puis le stade 3, 20 minutes après t’être mis au lit. Ta température s’abaisse un peu, tu respires plus lentement et ton cœur bat moins vite. Tes muscles sont complètement décontractés. Te voilà prêt à entrer dans le stade 4, celui du sommeil lent profond.

Tu es profondément endormi. Il serait bien difficile de te réveiller, même si tu ne dors que depuis 45 minutes ! Toutes les 20 minutes environ, tu changes de position. Puis, le sommeil se fait plus léger pendant quelques minutes. Retour au stade 3, au stade 2 et au stade 1. Et soudainement, ta température augmente à nouveau. Ta respiration et les battements de ton cœur s’accélèrent. C’est le sommeil paradoxal qui commence.

Durant ce type de sommeil, ton cerveau est très actif. Sa consommation en oxygène est très élevée, signe qu’il consomme beaucoup d’énergie. À ce moment, ton cerveau travaille encore plus fort que lorsqu’il analyse un problème de math complexe !

C’est durant le sommeil paradoxal que surviennent la plupart des rêves. Tes yeux bougent rapidement sous tes paupières. Tes muscles, par contre, sont complètement paralysés. Cela t’empêche d’effectuer les mouvements que tu accomplis en rêve. Voilà pourquoi il te semble parfois si difficile de t’enfuir à l’approche des monstres qui hantent tes nuits.

Après ce court épisode de sommeil mouvementé (5-10 minutes), tu as complété un premier cycle de sommeil qui a duré entre 1 h 30 et 2 h. Dans une nuit, tu vivras 4 ou 5 de ces cycles. Ainsi, chaque période de sommeil paradoxal sera suivie d’un sommeil léger (stades 1 et 2) qui deviendra de plus en plus profond (stades 3 et 4), puis qui redeviendra léger. Ce voyage en montagnes russes sera interrompu par la sonnerie du réveille-matin. Et une autre journée commence !

Sur le même sujet :

Une « perte » de temps essentielle
D
odo, les animaux !

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Rien ne se perd, rien ne se crée.

« Rien ne se perd, rien ne se crée : tout se transforme ». Cette célèbre phrase d’Antoine Laurent de Lavoisier (1743-1794) a marqué les esprits.
Québec Science 21-09-2014
Encyclo

À la conquête de l’infiniment petit

Des matériaux qui se réparent tout seuls, des aliments qui changent de goût, pas si futuriste que ça ! Révolution technologique du 21e siècle, les nanotechnologies commencent à entrer massivement dans nos vies...
Québec Science 29-05-2015
Encyclo

Un univers de particules

Pendant longtemps, les scientifiques ont pensé que l’atome était la plus petite particule qui existait dans l’Univers. On sait maintenant que la matière qui nous entoure résulte de l’agencement de particules encore plus petites et indivisibles : les particules élémentaires.
Québec Science 23-10-2015