Publicité
Encyclo

Pratique ? Oui. Toxique ? Nouion…

08-05-2014

Quand tu parles dans un téléphone cellulaire, ta voix voyage dans les airs plutôt que dans un fil de cuivre. Elle a tout de même besoin d’un moyen de transport pour arriver à bon port : ce sont les ondes électromagnétiques. Des micro-ondes, comme celles qui réchauffent tes aliments ou qui font éclater ton pop-corn.

Les micro-ondes des téléphones cellulaires sont toutefois émises à une puissance beaucoup plus faible : 2 watts (1000 watts pour les fours). Sinon, ton cerveau cuirait dès que tu t’y collerais l’oreille ! Mais même si leur puissance est très faible, certains soupçonnent parfois ces ondes d’être dangereuses…

Lorsqu’on jase des heures au téléphone, elles finissent par nous chauffer le cerveau (sa température grimpe d’environ 1 degré Celsius). Ce n’est pas dramatique, mais à long terme, ça pourrait causer des dommages.

Quel genre de dommages ? Difficile à dire ! Les chercheurs parlent de troubles du sommeil, de gonflement des vaisseaux sanguins, de problèmes de mémoire… Les plus pessimistes établissent même un lien entre l’utilisation abusive du cellulaire et le développement de tumeurs cancéreuses au cerveau.

Mais aucune étude n’a encore prouvé cela. Normal : un cancer peut mettre 15 ans à se développer… et on utilise le cellulaire depuis à peine plus longtemps que ça ! Des tests effectués sur les animaux semblent quand même indiquer certains risques.

Sur le même sujet :

Chauffer sans chaleur

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Une « perte de temps » essentielle

Chaque soir, c’est la même chose. Soit tes parents t’obligent à aller au lit, soit tu t’écroules de fatigue. Quelle perte de temps ! Tout ça pour récupérer et refaire le plein d’énergie, dit-on. Mais on pourrait très bien obtenir le même résultat en s’étendant et en relaxant, non ? Pourquoi cette espèce d’inconscience nocturne ?
Québec Science 11-05-2014
Encyclo

Introns : d’inutiles à utiles

Les introns, cette partie du génome considérée inutile, jouent un rôle dans notre survie lorsque les nutriments se font rares.
Québec Science 09-01-2020
Encyclo

Marie Curie : du hangar au Nobel !

Dans un sombre laboratoire parisien ressemblant plus à un hangar qu’à un centre de recherche, une étrange lumière provenant d’un sel d’uranium laisse une trace sur une plaque photographique… Maria Sklodowska, mieux connue sous le nom de Marie Curie (1867-1934), et son époux Pierre Curie travaillent jour et nuit pour comprendre le phénomène.
Québec Science 08-05-2014