Publicité
Encyclo

Que le plus adapté gagne !

10-07-2014

Une épaisse fourrure pour s’isoler du froid. De gros sabots pour creuser dans la neige. De petites oreilles et une petite queue pour limiter les pertes de chaleur. Notre caribou est doté du meilleur équipement pour résister aux rudes conditions climatiques du Québec. Coïncidence ? Bien sûr que non : dans la nature, toutes les espèces vivantes sont adaptées à leur environnement parce qu’elles ont évolué dans cet environnement. C’est le naturiste anglais Charles Darwin qui a expliqué ce phénomène dès le 19e siècle avec sa théorie de l’évolution par la sélection naturelle.

10 millions ! C’est le nombre estimé d’espèces vivantes sur notre planète (certains biologistes croient même qu’il y en aurait 10 fois plus). Cette étonnante diversité a une origine commune, c’est-à-dire que toutes les espèces descendent d’une première forme de vie très ancienne qui a vécu il y a environ 3,5 milliards d’années. Depuis cet ancêtre commun universel, les organismes ont eu beaucoup de temps pour évoluer, ce qui explique les différences que tu peux observer aujourd’hui. Par exemple, le caribou a une plus grande parenté avec l’orignal qu’avec le cheval, car leur ancêtre commun est plus récent. Ils se différencient toutefois sur certains points, car ils se sont adaptés à des milieux différents.

Pour que la sélection naturelle puisse opérer, il faut que les individus d’une même espèce soient tous un peu différents les uns des autres. C’est au niveau du patrimoine génétique que tout se joue. Certains petits changements dans les gènes (les mutations) peuvent survenir par hasard et être transmis à la génération suivante.

Il y a cinq millions d’années par exemple, les caribous ne ressemblaient sûrement pas à ceux qui arpentent aujourd’hui nos forêts. Certains naissaient avec des sabots un peu plus larges, d’autres avec des sabots plus étroits. Ceux qui avaient le caractère « sabots larges » avaient l’avantage de mieux se déplacer dans la neige. Ils pouvaient ainsi accéder à la nourriture et échapper aux prédateurs. De quoi leur laisser le temps de vivre assez vieux pour rencontrer l’âme sœur et transmettre ce caractère avantageux à leurs rejetons. Peu à peu, les sabots en forme de raquettes se sont répandus largement dans la population. Pendant ce temps, les autres, les sabots étroits, souffrant davantage de la prédation et de la famine, ont cessé d’exister progressivement. Les biologistes estiment que 99,9 % de tous les organismes ayant existé sur Terre sont maintenant disparus.

Les changements environnementaux brutaux, principalement causés par l’Homme, ne laissent pas le temps à certaines espèces de s’adapter et menacent leur survie. L’un des cas les plus connus est celui de l’ours polaire, menacé par la destruction de son habitat – la banquise – dû au réchauffement climatique.

Sur le même sujet :

Une Terre bien vivante
Hécatombes en série
Vers une sixième extinction ?
Les bossus du désert

Notre portrait du métier d'écologiste moléculaire
Notre portrait du métier de généticien

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Des éléments bien rangés

Début 2016, quatre nouveaux éléments sont venus compléter le tableau périodique. Plus que de simples lettres et numéros dans un tableau, cette découverte témoigne d'un long chemin parcouru au cœur de la matière.
Québec Science 22-04-2016
Encyclo

Une planète bien à l’abri

Un fragment d’astéroïde gros comme ta chambre fonce droit sur ta maison à 20 kilomètres à la seconde ! Si rien ne l’arrête, ce débris venu des confins de l’espace pulvérisera tout ton quartier ! Heureusement, à une vingtaine de kilomètres au-dessus de ton salon, le météoroïde (morceaux d’astéroïdes venus de l’espace) est anéanti par le bouclier qu’est l’atmosphère.
Québec Science 09-05-2014
Encyclo

Tueur en série

1976 : une maladie inconnue se déclare simultanément au Soudan et en République Démocratique du Congo. Les gens meurent d’une forte fièvre et d’hémorragies incontrôlées. On nomme le virus Ebola, du nom d’une rivière qui coule dans la région. 2014 : une nouvelle épidémie frappe 24 000 personnes et 10 000 en meurent. Si on connaît mieux la maladie Ebola, elle n’en est pas moins dévastatrice.
Québec Science 08-05-2015