Publicité
Espace

Explorer l’Univers grâce à l’intelligence artificielle

07-02-2020

Le super ordinateur ATERUI II fait de la simulation astrophysique. Photo: NAOJ

Des chercheurs japonais ont mis au point un outil d’intelligence artificielle pour les aider dans une tâche titanesque : prédire la structure de l’Univers, rien de moins!

Qu’est-ce que l’énergie et la matière noires? Comment se forment les filaments galactiques, la plus grande structure cosmique connue? À quoi ressemblaient les premiers instant de l’Univers? Le cosmos est encore plein de mystères.

Deux super ordinateurs pourraient participer à la quête de réponses. Nommés ATERUI et ATERUI II, ils sont spécialisés en astrophysique et peuvent effectuer des simulations à très grande échelle. Par exemple, le second est en mesure de «calculer le mouvement de centaines de milliards d’étoiles», selon le National Astronomical Observatory of Japan (NAOJ).

En combinant la force de ces super ordinateurs, un groupe de chercheurs japonais (NAOJ, universités de Tokyo, Hirosaki, Nagoya) a développé une plateforme d’intelligence artificielle, nommée Dark Emulator, capable de produire des simulations en puisant dans une impressionnante quantité de données provenant des observatoires astronomiques. Le simulateur compare ces données avec les théories émises par les astrophysiciens pour créer différents univers virtuels en quelques secondes.

Pour vérifier si l’outil fonctionne, les chercheurs l’ont testé avec des éléments dont on connait la réponse. Dark Emulator a ainsi pu prédire avec succès la lentille gravitationnelle faible (une déviation de la lumière) observé par la visionneuse Hyper Suprime-Cam, une caméra installée sur le télescope Subaru.

L’un des auteurs de l’étude affirme qu’il a fallu trois ans de travail pour aboutir au Dark Emulator, «mais nous pouvons maintenant créer des simulations sur ordinateur en quelques secondes».

Des chercheurs de partout dans le monde utiliseront la plate-forme à distance.

Publicité

À lire aussi

Espace

Philae en veille, mais mission accomplie

Après 57 heures de travail, l'atterrisseur Philae est entré en hibernation, faute de pouvoir recharger ses batteries.
Québec Science 17-11-2014
Espace

Astrophysique: le chasseur de naines brunes

Grâce aux travaux de l'astrophysicien Jonathan Gagné, on connaît désormais deux fois plus de jeunes naines brunes, ces uniques corps célestes.
Maxime Bilodeau 16-02-2017
Espace

Et roulent les rovers!

Les prochains rovers qui iront sur Mars ou sur la Lune s'entraînent à Saint-Hubert!
Annie Labrecque 12-10-2017