Publicité
Jean-Francois Cliche

La loi 21 a-t-elle un effet sur les préjugés ethniques?

Que dit la science à l'égard de cette question explosive? Notre chroniqueur a analysé des travaux révélateurs.
13-01-2020

C’est sans doute la question la plus explosive des 12 premiers mois du gouvernement Legault et elle n’est pas sur le point d’être résolue : la Loi sur la laïcité de l’État, qui interdit le port de signes religieux chez les fonctionnaires et les enseignants, peut-elle alimenter les préjugés contre certaines minorités ethniques ?

Pour les opposants à la loi 21, cela va de soi. Pour ses partisans, c’est prendre M. et Mme Tout-le-monde pour des idiots que d’insinuer que leur opinion est si facilement malléable. Alors, qu’en dit la science ? Deux chercheurs de l’Université McGill, Eric Hehman et Eugene Ofosu, ont justement publié cette année une éclairante étude à ce sujet dans la revue savante PNAS. Ils ont utilisé les données du Project Implicit, qui regroupe des chercheurs travaillant sur les préjugés depuis la fin des années 1990.

MM. Hehman et Ofosu ont analysé les réponses d’un million d’Américains à des questions sur les homosexuels posées entre 2005 et 2016. Ils ont ainsi pu comparer les réponses avant et après la légalisation des mariages gais dans certains États et comparer les États qui avaient adopté une telle loi avec ceux qui n’en avaient pas. Leurs résultats sont assez éclairants. Dans les États qui ont légalisé les mariages entre personnes de même sexe, les biais antigais ont décliné à un rythme deux fois plus rapide qu’avant l’adoption de la loi. À l’inverse, dans les États qui ne se sont pas dotés d’une telle loi, les préjugés ont augmenté. Cela indique que les gestes d’un gouvernement peuvent avoir une influence sur l’opinion publique.

Bien sûr, on accuse la loi 21 d’accroître les préjugés alors que l’exemple du mariage gai montre que des lois peuvent réduire les préjugés. Mais M. Hehman estime que cela peut aussi conduire à l’inverse. Pour cette raison, m’a-t-il indiqué par courriel, il ne trouve pas déraisonnable de considérer que cette loi puisse aggraver les préjugés ethniques. D’autres études que celle de MM. Hehman et Ofosu plaident en ce sens d’ailleurs.

Avec ses déclarations contre l’immigration hispanique et ses appels (et même ses décrets) pour empêcher l’entrée aux États-Unis de ressortissants de plusieurs pays à majorité musulmane, Donald Trump a fourni aux chercheurs une sorte d’« expérience naturelle » sur l’influence des leaders sur les préjugés. Certains travaux ont révélé une augmentation des crimes haineux dans les mois qui ont suivi la présidentielle de 2016. D’autres ont mis au jour que l’élection de M. Trump a rendu plus socialement acceptables des préjugés envers des groupes qu’il avait ciblés lors de sa campagne.

Il y a quand même des données, notons-le, qui n’ont pas montré d’effet Trump à cet égard, mais dans l’ensemble, les résultats pointent manifestement dans la même direction : oui, les faits et gestes de nos dirigeants, de même que les projets de loi qu’ils proposent et adoptent, teintent les pensées et les agissements du public.

Cela ne veut pas dire que M. et Mme Tout-le-monde sont des moutons dociles. C’est simplement que nous sommes des animaux sociaux et que, à ce titre, nous avons tous le réflexe d’ajuster nos comportements par rapport à ceux des autres, de nous aligner sur les normes sociales de notre époque.

La psychologie a produit des montagnes d’observations et de preuves à ce sujet depuis des décennies. Le simple fait que les modes existent et sont extrêmement répandues en témoigne tout aussi éloquemment : on modèle notre comportement vestimentaire sur celui de nos congénères. Et comme les faits et gestes des gens tout en haut de la hiérarchie sont, de nos jours, visibles pour la majorité, ils ont forcément une influence (pas toujours grande, mais quand même) sur la norme sociale.

En outre, les gouvernements passent souvent leurs lois à la suite de débats sociaux plus ou moins longs. Les médias se chargent de rapporter ces débats, de citer les pour et les contre et, bien souvent, ils polarisent les positions. À cet égard, il n’est pas clair si ce sont les lois elles-mêmes ou les délibérations publiques y menant qui ont le plus d’effet − ce pourrait très bien être les deux. Et puis, comme aucune étude n’a été entreprise sur le cas précis du Québec et de la Loi sur la laïcité de l’État, on ne peut affirmer catégoriquement qu’elle a eu ou est en train d’avoir ce genre d’influence.

Mais à moins de présumer que le cerveau des Québécois fonctionne d’une manière radicalement différente du reste de l’humanité, cela montre que, contrairement aux cris scandalisés poussés par certains défenseurs de cette loi, ce n’est pas voir du racisme partout ni donner dans le Quebec bashing que de soupçonner son effet stigmatisant. C’est une question entièrement légitime.

Illustration: Vigg

Publicité

À lire aussi

Jean-Francois Cliche

Suppléments coûteux, effet zéro

Pot de gélules d’oméga-3 extra-fort : 22 $. Cachets de sels minéraux : 6 $. Comprimés de multivitamines : 30 $. Capsules de fibres : 21 $. Trois cents pilules de glucosamine : 13 $. Poudre de protéines : 24 $.
Jean-Francois Cliche

CRISPR: les deux pieds sur le frein

Avons-nous besoin d’un moratoire mondial sur l’édition génétique de l’être humain?
Jean-Francois Cliche

Le sens de l’exagération

On reproche souvent aux journalistes de pêcher par sensationnalisme. Les scientifiques font-ils de même?