Publicité

Comprendre le monde du froid en comparant le Québec avec les autres cultures circumpolaires.

L’Arctique est aujourd’hui au cœur de l’actualité, alors que les effets des changements climatiques font l’objet de discussions internationales et que les peuples autochtones négocient leur juste place dans les débats. En parallèle, les différentes sociétés du Nord découvrent que le fait de vivre dans un climat froid a de profondes incidences sociales, humaines et culturelles qu’il leur faut comparer et mettre en perspective circumpolaire. À l’Université du Québec à Montréal (UQAM), la Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique met en valeur, étudie et diffuse les composantes des différentes cultures nordiques, et elle établit des liens nouveaux avec le Groenland, les pays scandinaves, la Sibérie et la Finlande, mais aussi avec les diverses communautés autochtones et régionales du Québec.

Selon son titulaire, Daniel Chartier, ce travail «passe d’abord et avant tout par des équipes qui incluent des membres issus de plusieurs cultures, y compris les Inuits, et dans une perspective plurilingue». D’où le travail de traduction important que la Chaire réalise, notamment dans ses quatre collections publiées aux Presses de l’Université du Québec. Jusqu’à maintenant, la Chaire a supervisé des publications dans 14 des langues circumpolaires, plaçant le français au cœur des réflexions sur le Nord et l’Arctique.

Par exemple, la traduction de textes venus du monde inuit permet non seulement de découvrir des œuvres jusqu’ici inaccessibles en français, mais aussi de partager une vision du monde qui a une grande importance dans le patrimoine mondial. Ces publications ont aussi un effet social notable sur les communautés, dont le mode de pensée est ainsi valorisé. Les livres venus du Groenland, du Nunavik et d’ailleurs dans l’Arctique reçoivent un accueil favorable tant en France qu’au Québec.

L’un des chantiers récents de la Chaire a été une vaste étude sur le froid, menée avec des spécialistes français, sibériens et scandinaves. «Le froid est une notion qui n’a pas été pensée : nous ne l’avons jamais réfléchi comme tel, mais toujours en réaction à autre chose. Le Littré, le célèbre dictionnaire de la langue française, définit simplement le froid comme une absence de chaleur», affirme Daniel Chartier, codirecteur de l’étude avec Jan Borm. D’ailleurs, il remarque que cette absence de conception appropriée du froid peut créer un malaise − et une «hivernophobie» − dans les sociétés nordiques. «C’est pourtant une notion fondamentale qui dépasse largement la climatologie et qui a des répercussions majeures sur notre manière de vivre, de manger, de créer, de communiquer», souligne-t-il. Une mésadaptation au froid nous conduit à adapter les modèles du Sud plutôt que d’en inventer de nouveaux.

Selon Daniel Chartier, «il est urgent de penser le froid et l’hiver en soi, pour à la fois mieux les vivre et en découvrir les fondements et les réalités positives». Il revient d’ailleurs d’un colloque intitulé «L’avantage du froid» organisé à Iakoutsk, en Sibérie, la ville la plus froide du monde.

En considérant le Nord, l’hiver et l’Arctique d’un point de vue culturel, en valorisant la multiplicité des cultures et des langues qui forment ce vaste ensemble, on arrive ainsi à «recomplexifier» un monde qui a longtemps été simplifié et dont on saisit encore mal les enjeux, les caractéristiques et… les avantages.

En ouverture: Les Îles Féroé, un archipel fait de roches volcaniques, sont situées à l’extrême nord du royaume du Danemark. Photo: Michael Kaud

À VOIR

«Comprendre l’imaginaire du Nord», une capsule vidéo mettant en vedette Daniel Chartier:

Comprendre l’imaginaire du Nord from Presses UQ on Vimeo.

À LIRE

La collection Jardin de givre, pour des textes venus de tout l’espace circumpolaire ; la collection Droit au Pôle, pour des études qui permettent de comprendre l’Arctique et le monde du froid ; la collection Imagoborealis, pour l’iconographie du Nord ; et la collection Isberg, pour des essais sur des questions liées au monde nordique.

Publicité

À lire aussi

En partenariat avec l'Université du Québec
En partenariat

Miser sur la résilience pour mieux s’adapter aux changements climatiques

Le réchauffement planétaire a des conséquences sur la vie des communautés et sur la santé psychologique des gens. L’heure est à l’adaptation.
Martine Letarte 14-11-2019
EN PARTENARIAT AVEC LES PRESSES DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC
En partenariat

Au diapason de l’évolution du Québec

Depuis 50 ans, la recherche publiée aux Presses de l’Université du Québec répond aux préoccupations de la société québécoise.
En partenariat avec l'Université du Québec
En partenariat

Changements climatiques: Claude Villeneuve, optimiste malgré tout

Le professeur et biologiste Claude Villeneuve explique pourquoi, malgré l'urgence climatique, il voit l'avenir d'un bon oeil.
Martine Letarte 14-11-2019