Publicité
Santé

Le groupe sanguin influe-t-il sur la sévérité de la COVID-19?

22-04-2020

Photo: Ahmad Ardity – Pixabay

Q: « On dit que les gens du type O négatif sont plus résistants face à ce virus. Qu’en est-il vraiment? », demande Charles St-Amand.

R: L’idée tire son origine d’une étude chinoise, parue en prépublication le 27 mars dernier, c’est-à-dire une version qui n’a pas encore été acceptée par une revue scientifique ni révisée par d’autres chercheurs.

En suivant 2173 personnes atteintes de la COVID-19, les auteurs ont remarqué que les individus avec un groupe sanguin de type A étaient davantage infectés par le virus, tandis que ceux du groupe O y semblaient moins susceptibles, suggérant la possibilité d’un effet protecteur.

Or, bien que l’hypothèse soit intéressante, une telle affirmation nécessite beaucoup de données pour être validée. « Le nombre de patients dans cette étude n’est pas assez élevé pour avoir des résultats significatifs, explique Benoit Barbeau, professeur au Département de sciences biologiques de l’UQAM. La corrélation observée entre le groupe sanguin et la sévérité de la maladie peut être fondée, mais elle peut aussi être fortuite, et s’expliquer d’une manière qui n’aurait rien avoir avec le groupe sanguin. »

Ce n’est pas la première fois qu’un lien est établi entre les groupes sanguins et la susceptibilité à une infection par un membre de la famille des coronavirus. À la suite de l’épidémie de SRAS en 2003, une petite étude avait montré que les personnes de groupe sanguin O étaient moins susceptibles d’être infectées que celles des groupes A et B.

La raison? Chaque groupe sanguin possède des anticorps contre les autres types : les A contre les B, les B contre les A, et les O contre les A et les B. Or, d’autres chercheurs ont montré que les anticorps anti-A interfèrent avec la liaison entre le virus du SRAS et sa cible, la protéine ACE2, sorte de porte d’entrée présente entre autres à la surface des cellules pulmonaires.

Ainsi, les anticorps des personnes d’un groupe sanguin autre que A et AB constitueraient un obstacle gênant à l’entrée du virus du SRAS dans les cellules.

Puisque le virus de la COVID-19 emprunte le même chemin, présumer la présence d’un effet protecteur semblable chez certains groupes sanguins est tentant.  «Or, selon les recherches actuelles, il semble que le virus SRAS-CoV-2 est beaucoup plus efficace pour se lier à ACE2 que ne l’était le virus du SRAS, ajoute Benoit Barbeau. On ne sait donc pas si ce mécanisme est présent dans le cas de la COVID-19. » Il semble donc que d’autres travaux soient nécessaires avant de confirmer ou infirmer cette hypothèse.

Pas tous égaux face à la COVID-19?

Plusieurs équipes de recherche essaient de découvrir les variabilités entre les individus conférant ou non une protection contre la maladie. Outre les groupes sanguins, certaines études ont suggéré une influence des gènes du complexe HLA ou des variants du gène codant pour la protéine ACE2.

« Il est possible que ces variabilités influencent le cours de la maladie d’une personne à l’autre, mais ce genre d’affirmation doit être rigoureusement testé, ce qui n’a pas été fait jusqu’à maintenant, explique Vincent Mooser, titulaire de la Chaire canadienne d’excellence en médecine génomique à l’Université McGill. À l’heure actuelle, personne ne connait la contribution du bagage génétique sur la sévérité de la COVID-19.»

C’est pour obtenir cette information de manière fiable et éthique qu’une biobanque québécoise de la COVID-19 a été mise sur pied. L’initiative, née d’un mandat du FRQS et de Génome Québec, permet d’entreposer des échantillons et de partager des données de patients infectés consentants, afin d’étudier les souches virales ainsi que d’éventuelles susceptibilités génétiques et immunologiques.

« Ces données pourront aider à mieux comprendre la maladie, souligne le Dr Mooser, directeur de la biobanque. Les compiler représente un énorme travail d’équipe entre de nombreuses institutions universitaires et hôpitaux ».

D’autres initiatives d’envergure, comme la COVID-19 Host Genetics Initiative, qui rassemble des centaines de scientifiques de par le monde, tentent de compiler rapidement des données génétiques, ce qui pourrait contribuer au développement de techniques d’analyse et avoir un impact sur la prévention et l’élaboration de thérapies.

La COVID-19 suscite énormément de questions. Afin de répondre au plus grand nombre, des journalistes scientifiques ont décidé d’unir leurs forces. Les médias membres de la Coopérative nationale de l’information indépendante (Le Soleil, Le Droit, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Quotidien et La Voix de l’Est), Québec Science et le Centre Déclic s’associent pour répondre à vos questions. Vous en avez? Écrivez-nous. Ce projet est réalisé grâce à une contribution du Scientifique en chef du Québec et du Facebook Journalism Project.

Publicité

À lire aussi

Santé

Que faire en cas de migraine?

Près des trois quarts des adultes dans le monde ont eu mal à la tête au cours de l’année écoulée, estime l’Organisation mondiale de la santé.
Marine Corniou 17-05-2018
Santé

COVID-19: les coureurs posent-ils un risque?

La dispersion de gouttelettes par un coureur est quelque chose de très complexe, qui dépendra de la forme physique des personnes impliquées, du volume d’air qu’ils inspirent et du rythme de leur respiration.
Santé

Qu’est-ce qui nous empêche de faire plus de tests?

Plusieurs éléments, dont l'identification difficile et la disponibilité des produits, empêchent d'accélérer la cadence.