Publicité
Santé

Le cellulaire cause-t-il le cancer du cerveau?

23-05-2018

Le téléphone cellulaire cause-t-il des cancers du cerveau? Il est vrai que l’Organisation mondiale de la santé classe les radiofréquences comme «possiblement cancérigènes» (au même titre que l’extrait de feuilles entières d’aloe vera et les légumes marinés selon les pratiques traditionnelles asiatiques !).

L’organisation reconnaît toutefois qu’il n’y a pas eu suffisamment d’études pour écarter tous les risques, principalement parce que les cellulaires demeurent un phénomène récent, alors que les cancers, eux, mettent du temps à se manifester. Il reste que pour l’instant, les études (de toutes sortes) ne laissent pas croire à un véritable danger, ou alors elles décèlent un faible risque encore difficile à interpréter.

La dernière en date ? Des chercheurs fédéraux du National Toxicology Program, aux États-Unis, ont exposé des rongeurs à des radiofréquences semblables à celles d’un cellulaire 9 heures par jour durant toute leur vie – et même pendant leur gestation (un total de 7000 animaux si on inclut les groupes contrôle). Les scientifiques ont relevé une faible croissance des tumeurs dans les tissus autour du cœur chez les rats mâles, mais pas chez les femelles ni chez les souris. Pour ce qui est du cerveau, une légère hausse a été observée chez tous les rongeurs.

Est-ce vraiment dû à l’exposition ? Surtout que les rats exposés aux radiofréquences ont vécu plus longtemps que les rats des groupes contrôle… En outre, « les niveaux et la durée de l’exposition aux radiations de radiofréquence étaient beaucoup plus élevés que ce que les gens expérimentent, même chez les plus grands utilisateurs du cellulaire, et le corps complet des rongeurs était exposé, a déclaré John Bucher, chercheur senior du programme. Ces résultats ne doivent donc pas être extrapolés pour l’usage humain des téléphones cellulaires. » Toutes ces données sont présentement en processus de révision par d’autres experts.

Concrètement, quel est l’effet des radiofréquences sur le cerveau ? Ce type d’ondes arrive à réchauffer les tissus, mais pas à les abîmer, comme c’est le cas avec les rayons X, par exemple. Ce réchauffement a-t-il un impact ? Il ne faut pas sauter aux conclusions, dit Denis Gauvin, conseiller scientifique à l’Institut national de santé publique du Québec. « La capacité d’adaptation du corps humain est assez bonne. Mais on reste à l’affût de la littérature scientifique. »

Il croit qu’il faudra beaucoup de temps pour arriver à trancher la question pour de bon. « J’ai commencé en santé publique il y a plus de 30 ans alors qu’on débattait du lien entre les lignes à haute tension et le risque de leucémie chez l’enfant. Des milliers d’études ont été réalisées et on en est encore à un risque « possible », sans détermination du mécanisme d’action qui pourrait expliquer les faibles risques observés. Le cellulaire est un dossier similaire. »

En attendant, sachez que l’utilisation d’un dispositif mains libres permet de réduire de 10 à 100 fois l’exposition à la tête. Au cas où…

 

Cet article fait partie d’un dossier répondant aux 50 questions de santé les plus fréquemment entrées par les Québécois dans le moteur de recherche Google. Pour accéder à toutes les questions de santé, cliquez ici.

 

Publicité

À lire aussi

Santé

Cannabis: drogue ou médicament

Les médecins canadiens peuvent prescrire du cannabis à leurs patients. Pourtant, on sait encore très peu de choses sur les effets thérapeutiques de la marijuana.
Dominique Forget 22-09-2015
Santé

Attention au co-dodo!

Voilà qui confirme le risque lié au "co-dodo": selon une nouvelle étude, près de trois quarts des bébés victimes de mort subite avant 4 mois partageaient le lit de leurs parents.
Québec Science 15-07-2014
Santé

Pilule anti-alcool : miracle ou mirage ?

Le baclofène, un relaxant musculaire, est utilisé en France depuis quelques années pour traiter l’alcoolisme. De nouveaux essais cliniques confirment son efficacité. Est-ce pour autant un traitement miracle ?
Marine Corniou 02-01-2017