Publicité
Santé

Le polonium, puissant poison

06-11-2013

Les analyses effectuées par un laboratoire suisse sur la dépouille de Yasser Arafat laissent entendre qu’il aurait été empoisonné au polonium. Quel est ce puissant poison?

C’est le poison qui a tué en 2006 l’opposant russe Alexandre Litvinenko. Découvert en 1898 par Marie Curie, le polonium 210 (210Po) est un élément radioactif naturellement présent dans l’environnement, en particulier dans certains gisements d’uranium. Le polonium est 400 fois plus radioactif que l’uranium et 100 fois plus toxique que le cyanure de potassium (à masse identique).

Ce qui en fait un poison redoutable, très difficile à détecter, incolore et inodore : une dose de quelques microgrammes (un millième de gramme) dans une boisson ou un aliment est fatale.

Ainsi, sur le site de l’Institut national de radioprotection et de sûreté nucléaire en France (IRSN), il est précisé « qu’après injection ou ingestion de polonium 210 sous forme de citrate, chlorure, hydroxyde colloïdal ou nitrate, les animaux développent des signes cliniques et biologiques tels que, perte de poids, asthénie, état léthargique, dysfonctionnement des fonctions hépatique, rénale, splénique, pulmonaire, pancréatique, et hématopoïétique, atrophie des ganglions lymphatiques, sclérose des vaisseaux sanguins (notamment au niveau des reins et des testicules), l’ensemble de ces symptômes s’accompagnant d’une disparition quasi-totale des lymphocytes (globules blancs, NDLR), avant que le décès n’intervienne généralement par collapsus cardiovasculaire ».

Une fois dans l’organisme, le polonium n’est pas excrété rapidement, ce qui laisse le temps aux rayons alpha radioactifs d’endommager l’ADN ou de tuer directement les cellules (notamment les globules blancs).

Publicité

À lire aussi

Santé

Mieux comprendre les comportements alimentaires pour combattre l’obésité

Au Québec, une personne sur quatre est obèse, tandis que plus d’une sur trois souffre d’embonpoint. À l’échelle mondiale, la prévalence de l’obésité est un… gros problème de santé publique.
Québec Science 01-11-2012
Santé

Cancer du sein: comment on a découvert le gène BRCA1 grâce aux mormons

Les mormons enregistrent leur généalogie depuis plus d’un siècle pour baptiser leurs morts. Cette pratique religieuse a indirectement servi des chercheurs qui ont utilisé ces données et ont abouti à une grande découverte : un gène responsable des cancers héréditaires du sein et des ovaires.
Sylvain Lumbroso 29-03-2018
Santé

Après la greffe fécale, bientôt la greffe de bactéries vaginales?

Inspirés par les succès de la greffe fécale, des chercheurs américains espèrent procéder à la transplantation du microbiote vaginal.
Annie Labrecque 18-09-2019